C’est samedi au Stade IGA de Montréal qu’a eu lieu la rencontre de barrage du Canada contre l’Ukraine du Groupe mondial II de la Fed Cup. Au terme de deux premiers matchs de simple, les deux pays sont à égalité. Eugenie Bouchard a signé une victoire alors que sa compatriote Bianca Andreescu a déclaré forfait.

Pour le match d’ouverture de cette compétition internationale entre pays, la Canadienne Bianca Andreescu (197e joueuse mondiale) a dû remplacer au pied levé la Montréalaise Françoise Abanda, victime d’une chute survenue juste avant le match. Il s’agissait d’une grosse commande pour l’Ontarienne de 17 ans qui devait croiser le fer avec l’Ukrainienne Lesia Tsurenko, 41e au classement.

Andreescu a offert une superbe performance au premier set, prenant l’avance du match 6-4 contre Tsurenko. Son adversaire a repris les devants à la deuxième manche, 6-3. Tout était encore possible au moment d’entamer la troisième manche, mais une crampe à la jambe gauche a forcé Andreescu à abandonner le match, laissant l’Ukraine prendre les devants 1-0 contre le Canada.

Ce n’était pas la première fois qu’Andreescu prenait part à la Fed Cup. L’an dernier, elle avait réussi à classer le Canada au Groupe mondial II de la Fed Cup en battant Yaroslava Shvedova du Kazakhstan.

Photo: Tennis Canada

Après cette défaite, ce fut au tour d’Eugenie Bouchard (117e) de s’exécuter, et elle l’a très bien fait contre Kateryna Bondarenko (68e). Elle l’a emporté en deux manches de 6-2 et 7-5. Cette victoire a ainsi ramené le Canada a égalité 1-1 contre l’Ukraine.

Il s’agissait du troisième affrontement dans la carrière de ces deux joueuses. Elles avaient disputé leur premier match ensemble à la Coupe Rogers de Toronto en 2009, alors que Bouchard était âgée de 15 ans seulement. Bondarenko l’avait alors renversée lors des qualifications, mais Bouchard s’était reprise en 2015 en remportant la victoire à Cincinnati.

Deux autres matchs de simple, et un match de double si nécessaire, auront lieu dimanche. Le pays gagnant pourra assurer sa place dans le Groupe mondial II.