Dans quelques semaines, Scott Moir et sa partenaire Tessa Virtue brandiront le drapeau canadien et guideront environ 230 athlètes à travers le stade olympique à PyeongChang 2018 à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux.

(Photo: Chris Gordaneer)

Avant que la nouvelle soit annoncée au pays sur la Colline parlementaire jeudi, elle leur avait déjà été transmise par le directeur de haute performance de Patinage Canada, Michael Slipchuk, pendant les Championnats canadiens qui avaient lieu le week-end dernier.

« Qu’il nous apprenne qu’on aurait l’honneur d’être les porte-drapeaux pour Équipe Canada est un moment que je n’oublierai jamais », a dit Moir.

« Je crois qu’avant même que les mots sortent de sa bouche, il a dit : « C’est le plus beau jour de ma carrière, c’est à moi qu’il revient de vous le dire », a ajouté Virtue. C’était un sentiment de fierté tellement puissant et intense, c’est l’honneur ultime et certainement le moment le plus fort de notre carrière. »

Ce sera la première fois que le Canada aura deux porte-drapeaux lors de la cérémonie d’ouverture, et la sixième que des patineurs artistiques se retrouveront au-devant d’Équipe Canada lors du défilé des nations. Les patineurs Kurt Browning (Lillehammer 1994), Brian Orser (Calgary 1988), Karen Magnussen (Sapporo 1972), Robert Paul (Squaw Valley 1960) et Norris Bowden (Cortina d’Ampezzo 1956) ont aussi porté l’unifolié.

« Il y a tant d’athlètes de l’équipe que nous admirons, que nous suivons, que nous étudions pour leur ressembler, alors d’être choisis pour les représenter a tout d’un rêve devenu réalité », a dit Moir.

« Ce ne sont pas que les incroyables athlètes, ce sont nos amis et notre famille, nos voisins, tout le Canada qui nous encouragent, a continué Virtue. C’est un privilège de porter le drapeau ensemble, comme un pays uni, et de célébrer tout ce qui fait du Canada un pays si spécial, et c’est une responsabilité que nous ne prenons pas à la légère. Nous devons incarner les valeurs olympiques et nous espérons rendre le Canada fier. »

Entamant la dernière phase de leur carrière compétitive, Virtue et Moir sont considérés parmi les plus grands danseurs sur glace de tous les temps.

À LIRE : Virtue et Moir poursuivent leur série de victoires avec l’or au Japon

Les patineurs artistiques médaillés d’or Tessa Virtue et Scott Moir célèbrent après avoir reçu leurs médailles à la cérémonie de victoire, le 22 février 2010, aux Jeux olympiques d’hiver de Vancouver. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

Ils ont charmé le Canada à Vancouver en 2010 et sont devenus les premiers Nord-Américains et les plus jeunes patineurs à gagner l’or sur la glace olympique. Quatre ans plus tard, ils ont aussi gagné l’argent en danse sur glace et lors de l’épreuve par équipes aux Jeux de Sotchi.

Lors de la saison 2016-2017, après une pause de deux ans de la compétition, ils sont revenus plus forts que jamais, remportant chaque compétition auxquelles ils ont participé, dont leur premier titre au Grand Prix et leur troisième titre mondial, s’ajoutant à ceux remportés en 2010 et 2012.

Le duo a continué sa récolte de titres cette saison jusqu’au Grand Prix de décembre, terminant avec l’argent, et les motivant davantage à repartir avec l’or à PyeongChang. Lors des Championnats canadiens à Vancouver, ils ont présenté une danse libre inspirée du Moulin Rouge qui leur a valu un score parfait ainsi qu’un 8e titre national.

En plus de leurs nombreux titres, Virtue et Moir sont aussi reconnus pour avoir transformé la danse sur glace autant au niveau technique qu’artistique. Ils sont arrivés sur la scène internationale senior au moment où le système de pointage du patinage artistique changeait, et ont rapidement été reconnus pour leurs jeux de pieds complexes et leurs portés et levées novateurs, tout en grimpant au classement mondial.

Pour plusieurs fans, leur programme le plus mémorable fut leur danse libre sur la Symphonie n°5 de Mahler qui leur a permis de remporter l’or olympique. Le duo n’a aussi pas peur d’expérimenter avec leurs choix musicaux : de Pink Floyd (2008-2009) à la comédie musicale Funny Face (2011-2012), l’opéra Carmen (2012-2013) et leur fameux programme court sur un medley de Prince. Ils ont dansé sur tout ! À PyeongChang 2018, ils incarneront la samba, la rumba et le cha-cha-cha dans leur programme court au son des Rolling Stones, des Eagles et de Santana.

À LIRE : Les porte-drapeaux d’Équipe Canada au fil des années

Tessa Virtue et Scott Moir performent leur programme libre à la finale de patinage artistique aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2014, le 17 février 2014, en Russie. (AP Photo/Darron Cummings)

Grâce à leur versatilité et de leurs prouesses en patinage, Virtue et Moir se trouvent au sommet mondial de la danse sur glace. Leurs rivaux doivent briller davantage s’ils veulent les rejoindre !

Encore une fois, ils auront la chance de marquer l’histoire à PyeongChang: seulement un autre couple, Marina Klimova et Sergei Ponomarenko, a remporté des titres en danse sur glace au cours de trois Jeux olympiques (1984, 1988, 1992), et un autre duo, Pasha Grishchuk et Evgeny Platov, a remporté deux médailles d’or (1994, 1998).

Peu importe les résultats lorsqu’ils fouleront la glace olympique pour la dernière fois, ils savent que c’est un moment mémorable qui les attend à PyeongChang.

« Quand je pense à ce moment avant d’entrer à la cérémonie d’ouverture, il y aura sûrement des papillons, de la fébrilité, a indiqué Virtue. Je crois que ça marque en quelque sorte le point culminant de nos 20 ans de partenariat, et je ne vois pas un meilleur moyen de célébrer ça. »