Les relais de la flamme olympique représentent une opportunité incroyable de démontrer toute la créativité et la culture d’un pays hôte, ce qui mène souvent à des moments fantastiques.

Revenons sur sept des plus cools moments dans ces relais du flambeau, qui en a vu de toutes les couleurs à travers les années.

Melbourne/Stockholm 1956

Un homme à cheval mène une rangée d'une dizaine de cavaliers à cheval.

Cérémonie d’ouverture des Jeux équestres 1956 de Stockholm, en Suède.

En raison de la stricte réglementation douanière australienne de l’époque, les épreuves d’équitation des Jeux olympiques de 1956 se sont tenues à Stockholm en Suède, six mois avant la cérémonie d’ouverture de Melbourne. Pour l’occasion, les six relayeurs de la flamme des Jeux olympiques de Melbourne l’ont porté à cheval.

Grenoble 1968

Vue panoramique de Marseille.

Vue du port de Marseille. (Photo : Tourisme Marseille)

Au relais de la flamme pour les Jeux olympiques de Grenoble, en France, les aptitudes physiques d’un relayeur ont été mise à l’épreuve alors qu’il a du plonger dans les eaux du port de Marseille et nager en tenant la flamme à bout de bras. Pour ne pas que celle-ci s’éteigne, elle fût transportée dans une torche faite d’acier plaqué bronze avec un couvercle.

Montréal 1976

On se croirait dans un film de science-fiction, mais ce qui suit est bel et bien arrivé en 1976. Après son bout de chemin en Grèce, la flamme olympique fut transmise par satellite d’Athènes à Ottawa. Le signal satellite émis d’Athènes a déclenché, au moment de sa réception au Canada, un rayon laser pour recréer la flamme.

C’est aussi à Montréal que pour la première fois de l’ère moderne, la vasque d’un stade olympique fut allumée par deux personnes plutôt qu’une. La Torontoise Sandra Henderson et le Montréalais Stéphane Préfontaine ont eu l’honneur de faire un tour de piste dans le Stade olympique de Montréal et d’allumer la vasque.

10 endroits incroyables où le flambeau olympique a voyagé

Albertville 1992

13_ALBERTVILLE_FR

1992 a aussi marqué la dernière fois que des Olympiades d’hiver et d’été se  sont déroulées dans la même année. Depuis la tenues des Jeux d’Albertville et de Barcelone, la rencontre sportive a lieu en alternance sur les années paires d’un cycle de quatre ans.

À lire : 10 endroits incroyables où le flambeau olympique a voyagé

Lillehammer 1994

Adeptes de sensations fortes, cette anecdote est pour vous! En 1994, un des relais de la flamme olympique s’est fait entre deux parachutistes. Précision, coordination et peut-être même un peu de chance étaient au rendez-vous.

Stein Gruben a effectué toute une finale à ce relais de la flamme en effectuant un saut à ski en plein milieu du Stade olympique de Lillehammer.

À voir : La flamme olympique prend une marche dans l’espace

Sotchi 2014

La navette qui a envoyé la flamme olympique dans l'espace

Photo : NASA

Même si le flambeau avait déjà été dans l’espace, mais le relais de Sotchi 2014 a marqué sa première marche dans l’espace, ce qui signifie un décollage de la Terre à bord de la navette Soyuz et une visite de la Station spatiale internationale.

PyeongChang 2018

Un relayeur passe la flamme olympique à un robot

HUBO, un robot humanoïde, porte le flambeau lors du relais de la flamme olympique des Jeux de PyeongChang 2018.

Parmi les relayeurs décorés et accomplis qui ont collaboré à emmener la flamme d’Olympia à PyeongChang, un ressort du lot : HUBO, un robot humanoïde charmant, a fait sa part pour le relais le 11 décembre 2017, à Daejeon, en Corée du Sud. Son parcours de 150 mètres s’est complété lorsqu’il a fait la démonstration d’une opération de rescousse. Il a découpé un trou dans un mur de brique, faisant du même coup un clin d’oeil au penchant de la Corée du Sud pour la créativité technologique et l’innovation.