Andre De Grasse a prouvé qu’il est l’avenir du sprint en décrochant la médaille de bronze dans ce qui fut sans doute la finale du 100 m la plus relevée de l’histoire.

Le sprinteur canadien partage la médaille avec son ami et rival du circuit universitaire, l’Américain Trayvon Bromell, les deux hommes de 20 ans franchissant la ligne d’arrivée à 9,92 secondes, tout juste derrière le gagnant et désormais triple champion du monde Usain Bolt (9 s 79) et l’Américain Justin Gatlin (9 s 80).

Lire le blogue quotidien des Mondiaux

« Je suis sans mot », s’exclame le jeune Canadien qui a séduit les amateurs par son talent naturel, son humilité et son ambition, après avoir annoncé en grand son arrivée sur la scène mondiale avec ce meilleur résultat en carrière.

« C’est un honneur de permettre au Canada de remonter sur le podium au 100 m après une longue absence. Je ne m’y attendais pas, car c’est mon premier Mondial. C’est incroyable. »

De Grasse se réjouissait pour Bromell, qu’il a battu pour réaliser le doublé 100-200 m dans la NCAA plus tôt cette année, performance qui a établi De Grasse comme vedette montante du monde du sprint.

« Je suis aussi heureux pour Trayvon. On a gravi les échelons ensemble et j’espère qu’on représente l’avenir de cette épreuve. »

Usain Bolt and Andre De Grasse share a moment after both men won medals in the 100m at the 2015 IAAF World Championships on August 23, 2015 in Beijing, China.

Andre De Grasse en compagnie d’Usain Bolt après que les deux hommes aient remporté des médailles au 100 m des Championnats du monde IAAF 2015, le 23 août 2015 à Pékin.

En demi-finale, De Grasse a la tâche peu enviable de s’élancer du couloir voisin de Bolt. La mégastar jamaïcaine trébuche au départ et doit rattraper De Grasse pour terminer dans le même temps que le Canadien, en 9 s 96. Meilleur chrono de De Grasse avant Beijing : 9 s 95. À chacune de ses trois courses aux Mondiaux, il passe sous les 10 secondes. Voilà le calibre attendu aujourd’hui des prétendants.

« La saison a été longue, alors c’était difficile de prédire les temps (de la finale), explique De Grasse après avoir remporté sa médaille du couloir numéro neuf. Une égalité à trois (9 s 99) en demi-finales avait permis à un coureur supplémentaire de se qualifier pour la finale, chacun des neuf étant capables de courir sous les 10 secondes. « Je suis très satisfait de cette nouvelle marque personnelle. De courir côte à côte avec ces vedettes, ça me pousse et ça me motive à m’améliorer. »

LIRE | Liste de départ de la finale du 100 m | Tous les résultats

Celui qui avoue méconnaître l’histoire de l’athlétisme est en train d’y inscrire son nom. Il reçoit d’ailleurs régulièrement des éloges des légendes canadiennes Donovan Bailey et Bruny Surin. Surin était le dernier Canadien à monter sur le podium du 100 m aux Mondiaux, courant 9 s 84 à Séville en 1999 pour égaler le record national de Bailey, un record qui semble bien précaire depuis la montée en puissance de De Grasse.

Jamaica's Usain Bolt looks over his left shoulder as Bingtian Su (China) and Andre De Grasse of Canada finish in the semifinals of the men's 100m in Beijing, China on August 23, 2015. All three men advanced to the World Championship final, with De Grasse and Bolt sharing a time of 9.96s.

Le Jamaïcain Usain Bolt jette un coup d’œil au-dessus de son épaule gauche alors que Bingtian Su (Chine) et Andre De Grasse croisent le fil d’arrivée en demi-finale du 100 m à Beijing, le 23 août 2015. Les trois hommes avanceront en finale, De Grasse et Bolt terminant tous les deux avec un temps de 9 s 96.

Le jeune Canadien sait qu’il porte désormais les espoirs du sprint canadien sur ses épaules. Avant de pouvoir véritablement rivaliser avec les têtes d’affiche des États-Unis et de la Jamaïque, De Grasse devra gagner en efficacité technique et en force. Mais avant de se projeter trop loin dans l’avenir, le champion panaméricain du 100 m et 200 m n’oublie pas qu’il lui reste du travail à faire à Beijing.

« Je dois me concentrer sur le relais (4×100 m). Ensuite, on planifiera la préparation pour la saison prochaine. »

De Grasse ne dispute pas le 200 m à Beijing, un soulagement certain pour les nombreux vétérans qui connaissent désormais le nom, mais surtout la vitesse foudroyante, la confiance et l’esprit de battant du coureur de Markham (Ontario).

À LIRE

Meilleure deuxième journée et médaille d’argent en heptathlon pour Theisen-Eaton

La crème de l’athlétisme canadien à Beijing pour les Championnats du monde