Olympique.ca se penche sur les amateurs de sports.

Tous les amateurs de sports vous le diront, le site de compétition influence considérablement l’atmosphère d’un match.

La taille du stade, la propreté, le nombre de spectateurs et l’expérience sont autant de facteurs qui entrent en ligne de compte. Chaque ville, comme chaque sport, possède sa propre culture sportive.

Par exemple, la plupart des arénas de la LNH du Canada et du nord des États-Unis affichent complet soir après soir, tandis que les équipes du sud des États-Unis ont du mal à remplir les gradins. Les Panthers de la Floride ont enregistré le record de la plus faible assistance au début de la saison quand à peine 7311 partisans se sont déplacés pour la rencontre avec les Sénateurs d’Ottawa.

À LIRE: Suivre son équipe préférée, ça coûte combien?

Voici une liste des meilleurs stades en Amérique du Nord :

Wrigley Field (MLB)

Wrigley Field, le domicile des Cubs de Chicago, est le deuxième plus vieux stade de la MLB et on le surnomme souvent les «limites sympathiques». Le quartier où se trouve le stade, Wrigleyville, est réputé pour ses nombreux bars et restaurants. Les jours de matchs, les partisans se rendent dans les rues autour du Wrigley Field dans l’espoir d’attraper les balles des coups de circuit. La tradition veut que les fans relancent les balles frappées par l’équipe adverse sur le terrain. Parmi les autres traditions du Wrigley Field, l’annonceur maison Harry Caray chante le grand classique «Take me out to the ballgame».

Fenway Park (MLB)

Les Red Sox de Boston jouent leurs matchs à domicile au Fenway Park, le plus vieux stade de la MLB et le deuxième plus petit en terme de capacité. C’est au champ gauche du Fenway Park que se trouve le mythique «monstre vert», le mur de champ le plus haut de toute la MLB. Les spectateurs assis au-dessus du mur peuvent regarder le match d’un point de vue unique. On y trouve aussi un des derniers tableaux de pointage manuel, ce qui contribue à l’atmosphère rétro du Fenway Park.

Centre Bell (LNH)

Les Canadiens de Montréal (les Habs) jouent au Centre Bell. C’est le plus gros aréna de la LNH avec ses 21 000 places. Les fans des Canadiens sont parmi les plus passionnés de toute la ligue et ils n’hésitent pas à souligner les victoires et les défaites de la Sainte-Flanelle à coup d’émeutes pendant les séries éliminatoires. Si vous allez voir un match au Centre Bell, nous vous déconseillons de porter le chandail de l’équipe adverse!

Madison Square Garden (LNH et NBA)

Aussi appelé The Garden, le Madison Square Garden est le domicile des Rangers de New York dans la LNH et des Knicks de New York dans la NBA (il paraît aussi que Billy Joel y joue tous les mois). Les partisans des Rangers peuvent être très intenses, mais rien ne fait vibrer la Grosse Pomme comme un match des Knicks. C’est le plus vieux stade de la LNH et le deuxième plus vieux de la NBA. On l’appelle communément « l’aréna le plus connu au monde ».

Centre Air Canada (LNH et NBA)

Le Air Canada Centre héberge les Maple Leafs de Toronto dans la LNH et les Raptors de Toronto dans la NBA. Tous les fans des Leafs vous le diront, trouver des billets relève de l’impossible parce que pratiquement tous les matchs sont présentés à guichet fermé. L’atmosphère au ACC change beaucoup selon les adversaires des Leafs.

Les partisans des Raptors ont beaucoup moins de difficulté à trouver des billets et ils ont la réputation d’être parmi les meilleurs partisans de la NBA. Lors des séries éliminatoires de la saison dernière, une foule de 10 000 partisans s’est massée à l’extérieur du ACC pour regarder le match au Maple Leaf Square, surnommé le « parc jurassique » pour l’occasion. Certains partisans se rendent aussi aux matchs à l’étranger pour encourager leur équipe.

Lambeau Field (NFL)

Le Wisconsin est réputé pour deux choses : son fromage et les Packers de Green Bay. Les Packers sont la seule franchise de sport professionnel sans but lucratif et de propriété collective des États-Unis. Les partisans ont donc un lien particulier avec leur équipe. Toutes les semaines au Lambeau Field, ils arborent des chapeaux en forme de fromage (mais pas fait de fromage) pour montrer leur appui. Les joueurs des Packers retournent la faveur en sautant dans les partisans qui se trouvent derrière la zone des buts à chaque touché. Lambeau est le deuxième plus gros stade de la NFL en terme de capacité normale.

CenturyLink Field (NFL)

Les partisans des Seahawks de Seattle sont réputés pour être parmi les plus bruyants, tous sports confondus. L’équipe fait corps avec l’intensité de son public en les appelant son « douzième joueur » (les équipes ont droit à 11 joueurs sur le terrain). Les équipes adverses redoutent les matchs à Seattle parce que le tapage de la foule les empêche de communiquer sur le terrain.

Mosaic Stadium (LCF)

Selon un récent sondage, les Roughriders de la Saskatchewan ont la troisième marque la plus forte du sport canadien derrière les Canadiens de Montréal et les Maple Leafs de Toronto. Même s’ils évoluent dans le plus petit marché de la LCF, les Roughriders ont tout de même les partisans les plus tapageurs de tout le sport canadien selon une étude de MSN Sports qui les ont classés devant les partisans de l’équipe canadienne junior de hockey et ceux des Canadiens de Montréal. Pendant les matchs, on reconnaît les turbulents fans des Riders à leurs costumes extravagants et surtout, à leur casque en melon d’eau.

Michigan Stadium (football universitaire)

Surnommé « The Big House », Michigan Stadium est le plus gros stade des États-Unis. Dans sa forme normale, il peut accueillir 109 901 spectateurs (même s’il peut accommoder des foules de plus de 115 000 personnes). C’est le terrain de l’équipe de football de l’Université du Michigan et c’est là que la Classique hivernale de la LNH a eu lieu en 2014 alors que les Red Wings de Detroit affrontaient les Maple Leafs de Toronto.

Churchill Downs (Courses de chevaux)

Depuis 1875, Churchill Downs présente le célèbre Kentucky Derby, qui est généralement la course qui attire le plus grand nombre de spectateurs de la saison avec des foules pouvant atteindre 150 000 personnes le jour de la course. Les traditions sont nombreuses au Kentucky Derby. On y boit du Mint Julep et la fanfare de l’Université de Louiseville joue « My Old Kentucky Home » pendant le défilé des chevaux sur la piste. On y trouve aussi le musée du Kentucky Derby à Churchill Downs.

Indianapolis Motor Speedway (Course automobile)

L’Indianapolis Motor Speedway est la première piste de course automobile à avoir reçu le titre officiel de piste de vitesse, en plus d’être située dans la ville de Speedway en Indiana. C’est à cet endroit qu’ont lieu l’Indianapolis 500 en Formule Indy et le Brickyard 400 en NASCAR. C’était auparavant la piste du Grand Prix des États-Unis de formule 1. En plus du circuit de course automobile, on y trouve aussi un terrain de golf dont 14 trous se trouvent à l’extérieur de la piste, et quatre sur le terrain au centre du circuit.

Oregon Track – Hayward Field (Athlétisme)

D’abord le domicile de l’équipe de football de l’Université de l’Oregon, le Hayward Field a été agrandi pour inclure une piste d’athlétisme ceinturant le terrain de football. Aujourd’hui, on n’y voit plus que des compétitions d’athlétisme et sa surface en Pro-Turf lui a valu la réputation de « piste la plus rapide au monde ».

Stade Azteca (Soccer)

Le stade Azteca de Mexico est le domicile de l’équipe nationale de soccer du Mexique. Il s’agit du sixième plus gros stade au monde avec 105 000 places (son record d’assistance est cependant de 119 853 spectateurs). Le stade est le seul au monde à avoir présenté deux finales de la Coupe du monde de la FIFA. En 1970, on y a assisté au « match du siècle » et c’est à cet endroit que Pelé a soulevé le trophée pour la dernière fois. En 1986, Diego Maradona a marqué le « but du siècle » lors de la victoire de 2-1 de l’Argentine sur l’Angleterre en quart de finale.

 

À LIRE: Confessions d’une fanatique de patinage artistique

Avons-nous oublié votre stade préféré? Faites-nous le savoir!