Jack Poole a toujours considéré que de rendre service était un honneur. Ainsi, lorsqu’il a été recruté pour mener l’effort afin d’emmener les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver à Vancouver, il a accompli ses tâches avec humour, force, intelligence et intégrité.

Pendant deux ans, il a été président et chef de la direction bénévole de la Société de candidature de Vancouver 2010. À ce titre, il s’est efforcé d’unir de multiples intervenants, notamment les différents ordres de gouvernement, les organismes sportifs et les communautés dans lesquelles les Jeux devaient avoir lieu, afin de garantir le succès de la candidature.

Après la sélection de Vancouver en tant que ville hôte, Poole a coprésidé le comité de transition de 2010, qui devrait confier la responsabilité de l’organisation des Jeux au comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010 (COVAN). Il a été élu à l’unanimité président du conseil d’administration de 2010.

Pendant qu’il assumait ce rôle, Poole luttait aussi contre un cancer du pancréas et est décédé le 23 octobre 2009, quelques heures à peine après que la flamme olympique eut été allumée à Olympie, en Grèce, pour le lancement du relais de la flamme olympique de Vancouver 2010. Bien qu’il n’ait jamais été témoin des Jeux, qui ont été couronnés de succès tant sur le plan organisationnel que pour Équipe Canada, son héritage perdure.

Pour beaucoup, Pool représentait l’esprit olympique et paralympique, c’est donc en toute logique que l’emplacement de la vasque olympique fut nommé « Place Jack Poole » à sa mémoire. Le Comité international olympique lui a décerné l’Ordre olympique à titre posthume.