Le boxeur Eugene « Gene » Brosseau est le seul Canadien à avoir remporté le titre national amateur des États-Unis à deux reprises, et il était tellement respecté qu’il était connu sous le nom de « Gentleman Gene ».

Respecté à l’extérieur comme dans le ring, Eugene « Gene » Brosseau était surnommé « Gentleman Gene ». Il a remporté le titre amateur canadien chez les mi-moyens en 1915, pour ensuite le défendre en 1916. Il avait aussi décroché le titre amateur des États-Unis chez les poids moyens, remportant un de ses quatre combats par KO et les trois autres par décisions lui permettant d’être reconnu comme l’un des meilleurs boxeurs canadiens de son ère. Après avoir fait la transition chez les poids moyens, il s’est à nouveau emparé des titres canadien et américain. En 1917, Brousseau s’est battu dans une série de combats-bénéfices pour la Croix rouge à San Francisco, amassant 12 500 $ en deux jours, terrassant deux adversaires le premier jour et en ajoutant un troisième le lendemain.

Brosseau avait appris à boxer en banlieue de Montréal. Il avait la réputation d’avoir une main gauche talentueuse en plus d’une puissante force de frappe. Pendant la Première Guerre mondiale, Brosseau a joint les rangs de l’avion britannique et s’est entraîné comme pilote, mais la Guerre a pris fin avant qu’il ne soit envoyé dans l’action. Il est devenu professionnel à son retour du front et s’est rapidement imposé comme l’un de meilleurs poids moyens au monde. Après un dur combat de 12 rondes en 1919, le bras gauche de Brosseau est resté paralysé. Après trois mois de convalescence, sa main gauche n’était plus l’outil qu’elle avait été jadis, mettant donc fin à sa carrière de pugiliste avec une fiche 23 combats, dont 19 victoires (18 par KO) et trois défaites (par KO).

Après sa retraite de la boxe, Brosseau a travaillé à Postes Canada en plus de continuer à s’impliquer dans l’enseignement du sport à titre d’entraîneur de l’équipe canadienne de boxe aux Jeux olympiques d’Anvers en 1920, supervisant notamment le champion olympique Bert Schneider. Il s’est éteint en 1968, à l’âge de 72 ans.

Brosseau a été intronisé aux Panthéons de la boxe amateure et professionnelle, au Temple de la renommée olympique du Canada en 1953 et au Panthéon des sports canadien en 1956.