Résumé des Jeux :

Ve Jeux olympiques d’hiver

Après que la Deuxième Guerre mondiale ait forcé l’annulation des Jeux olympiques d’hiver de 1940 et de 1944, prévus respectivement à Sapporo et à Cortina d’Ampezzo, les premiers Jeux olympiques d’hiver en 12 ans ont eu lieu à Saint-Moritz. Le choix s’est arrêté sur le centre de sports d’hiver suisse parce que tous les sites qui avaient servi 20 ans plus tôt étaient toujours là et que les Jeux pouvaient donc être organisés plutôt rapidement. L’Allemagne et le Japon n’ont pas été invités en raison de leur rôle d’agresseurs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pour la première fois dans l’histoire des Jeux olympiques d’hiver, le Canada a gagné plus qu’une médaille d’or. Les Flyers de l’Aviation royale canadienne représentaient le Canada en hockey sur glace et ils ont remporté six de leurs sept matchs. Leur fiche parfaite a été ternie par un match nul contre la Tchécoslovaquie. Quand les Tchèques ont conclu le tournoi avec sept victoires et le match nul, les Canadiens savaient qu’ils devaient remporter leur dernier match contre la Suisse par un écart d’au moins deux buts pour mettre la main sur la médaille d’or grâce à un différentiel de buts supérieur. Le Canada a marqué un but par période pour gagner le match 3-0 et être sacré champion olympique.

La patineuse Barbara Ann Scott en pleine action aux Jeux olympiques de St. Moritz, en Suisse. 6 février 1948. (CP PHOTO)

À Saint-Moritz, le hockey sur glace et le patinage artistique se sont partagé la patinoire du stade olympique. Les patineurs artistiques ont dû composer avec la glace malmenée par les hockeyeurs. Une jeune fille de 19 ans d’Ottawa, Barbara Ann Scott, a relevé le défi avec brio. Les figures imposées ont permis à la championne du monde et championne européenne en titre de s’assurer une avance confortable qu’elle a accentuée avec le programme libre pour procurer au Canada sa première médaille d’or olympique dans un autre sport que le hockey sur glace. Le Canada a aussi remporté la médaille de bronze de l’épreuve en couples, une gracieuseté de Suzanne Morrow et Wallace Diestelmeyer.