Pour les sensations canadiennes en sprint Andre De Grasse et Aaron Brown, la route vers Tokyo 2020 a été, par moments, cahoteuse.

Cependant, à moins d’un an des Jeux, les deux ont connu quelques succès retentissants.

Andre De Grasse

De Grasse a connu la gloire aux Jeux de Rio 2016, où il est devenu le premier Canadien à remporter une médaille olympique dans chacune des trois épreuves du sprint – 100 m, 200 m et relais 4×100 m.

Equipe Canada - athletisme - Andre De Grasse - Rio 2016

Andre De Grasse pose avec sa médaille de bronze au 100 m à Rio 2016, le 15 août 2016. Photo du COC/Mark Blinch

Sa médaille de bronze au 100 m a fait de lui le premier médaillé olympique canadien dans cette épreuve depuis Donovan Bailey, 20 ans plus tôt. Sa médaille d’argent au 200 m a fait de lui le premier Canadien à grimper sur le podium dans cette épreuve depuis Percy Williams à Amsterdam en 1928. Il a conclu ses Jeux en battant avec ses coéquipiers le record national vieux de 20 ans au relais 4×100 m, remportant le bronze en 37,64 secondes.

Andre De Grasse et Usain Bolt célèbrent après le 100 m à Rio 2016

Usain Bolt (gauche) and Andre De Grasse après leurs première et troisième places au 100 m des Jeux de Rio le 14 août 2016. (Photo COC)

Ces débuts olympiques lui ont fait goûter au succès, mais il est toujours désireux de remporter l’or.

La carrière de De Grasse a connu une percée inattendue jusqu’à ce que des blessures au tendon du jarret le forcent à rater les Championnats du monde de 2017 et la majeure partie de la saison 2018.

Le temps passé à l’écart de la piste a permis à De Grasse d’avoir une perspective différente du sport, ainsi que du temps pour célébrer la venue de sa fille Yuri et l’occasion de retrouver sa concentration.

À un an de Tokyo 2020, l’été 2019 a été crucial pour De Grasse; non seulement pour regagner confiance sur la piste, mais pour accomplir des résultats pour le propulser vers les Jeux de Tokyo 2020.

Aaron Brown

Brown était aussi de l’équipe du relais 4×100 m qui a remporté le bronze aux Jeux de Rio 2016, un fait saillant dans une carrière marquée par son lot de coups durs.

Andre De Grasse, Brendon Rodney, Aaron Brown et Akeem Haynes posent avec leurs médailles de bronze aux Jeux olympiques de Rio, le 20 août 2016. THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

Andre De Grasse, Brendon Rodney, Aaron Brown et Akeem Haynes posent avec leurs médailles de bronze aux Jeux olympiques de Rio, le 20 août 2016. THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

Il a amorcé la saison 2017 avec une blessure à un quadriceps, dont il n’a pu se remettre jusqu’à quelques semaines des Championnats canadiens. Il a fait un faux départ au 100 m, mais s’est qualifié pour les Championnats du monde au 200 m, où il s’est fait disqualifier pour une violation de couloir au premier tour – vraiment, ça n’allait pas bien pour Brown.

Il était découragé de son avenir dans le sport.

Aaron Brown devant ses compétiteurs au 200 m aux Jeux du Commonwealth de 2018

Le Canadien Aaron Brown, au centre, mène la demi-finale du 200 m hommes au Carrara Stadium lors des Jeux du Commonwealth de 2018 sur la Gold Coast, en Australie, le mercredi 11 avril 2018. (Photo AP, Mark Schiefelbein)

Par contre, tandis que De Grasse était blessé, tous les yeux se sont rivés sur Brown et sa saison 2018 a été le début de quelque chose de spécial.

Sa persévérance lui a valu l’argent au 200 m des Jeux du Commonwealth à Gold Coast et il est devenu le troisième Canadien seulement à franchir les 200 m en deçà des 20 secondes.

C’était la lueur d’espoir dont Brown avait vraiment besoin alors qu’il se dirige vers Tokyo 2020.

Le choc des sprinteurs en 2019

Avec plusieurs reculs viennent plusieurs victoires et cette saison, De Grasse et Brown ont tous les deux démontré des signes précoces de succès.

À la rencontre de Diamond League de Shanghai, un duel entre les deux Canadiens au 200 m s’est terminé en faveur de Brown, alors qu’il a franchi la ligne d’arrivée une fraction de seconde avant De Grasse.

À LIRE : De Grasse impressionne à Ostrava

Profitant de la lancée suivant sa victoire au 200 m à Rabat devant le champion du monde Ramil Guliyev, De Grasse a réussi ses meilleurs temps de la saison à Ostrava. Il a couru en 19.91 secondes – son chrono le plus rapide depuis Rio 2016 – pour remporter le 200 m devant l’Américain Christian Coleman. Plus tard dans la journée, il a couru le 100 m en 10.05 secondes.

À la rencontre de Diamond League de Lausanne, Brown et De Grasse ont affronté un autre rapide Américain, Noah Lyles. Environ une demi-heure avant le 200 m, Brown a réussi son meilleur temps de la saison au 100 m, soit 10.07 secondes.

Les Canadiens ont bataillé au coude à coude et les deux ont couru sous les 20 secondes, De Grasse battant son compatriote par 0.03 seconde, avec un chrono de 19.92 contre 19.95 pour Brown, les plaçant tous les deux parmi les 10 meilleurs temps au monde sur 200 mètres cette saison.

Aux Nationaux tenus à Montréal, Brown a battu De Grasse de trois millièmes de seconde, remportant la finale du 100 m en 10,021 secondes. Cette victoire a donné à Brown son deuxième titre national sur 100 m.

Les deux amis se sont affrontés à nouveau lors du 100 m de l’ISTAF de Berlin, une réunion du World Challenge Tour de l’IAAF. De Grasse s’est emparé de la première place avec son chrono le plus rapide cette saison, 9,97 secondes. Brown a terminé à la quatrième place en 10,08 secondes.

Et la suite?

De Grasse et Brown sont les deux seuls sprinteurs canadiens actifs à avoir couru le 100 m en moins de 10 secondes. De Grasse accompli l’exploit une fois de plus cette saison quand il a couru en 9,97 secondes à la rencontre de Berlin.

Aaron Brown, à droite, célèbre sa première place avec Andre De Grasse, troisième, lors du 100 mètres à la Classic Jerry International Track, à Burnaby, en Colombie-Britannique, le mardi 26 juin 2018. LA PRESSE CANADIENNE / Darryl Dyck

Leur prochain défi sera aux Championnats du monde à Doha, au Qatar, qui débutent le 27 septembre et qui se dérouleront jusqu’en octobre.

Gageons qu’ils nous offriront tout un spectacle dans ce choc des Canadiens.