La finale du 1500 m au patinage de vitesse sur courte piste comptait deux Canadiens, soit Samuel Girard et Charles Hamelin. Si Girard a fini en quatrième place, Hamelin a du se contenter du septième rang.

Samuel Girard se dit tout de même satisfait de sa performance, lui qui en est à sa première participation aux Olympiques. «Je suis vraiment content de m’être rendu en finale et à la base, c’était ça le but. Une quatrième place, on était neuf sur la ligne et c’est un record olympique pour une finale.», a-t-il affirmé après la course.

Samuel Girard est satisfait de sa quatrième place à la finale du 1500 m, en patinage de vitesse sur courte piste. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

C’était donc une première pour les deux Canadiens d’être parmi neuf patineurs sur une piste et ils ont tenté de se préparer en conséquence.

«C’est certain que ca augmente le risque de chutes, mais je suis resté alerte et j’ai pu profiter de quelques-unes pour finir quatrième, explique Girard. Charles avait sa stratégie et j’avais la mienne, on s’est parlé un peu avant et on ne voulait tout simplement pas se nuire pendant la course.»

Pour sa part, Charles Hamelin croit que c’est un bon exemple que tout peut arriver en patinage de vitesse courte piste. «J’ai fait un erreur à la mi-parcours et j’ai pris du recul à ce moment-là. C’est ça le courte piste, on ne sait jamais ce  qu’il va arriver jusqu’à la fin de l’épreuve», ajoute-t-il.

Un rôle de mentor

Charles Hamelin tentera au cours des prochains jours de mettre la main sur une cinquième médaille d’or olympique. C’est tout le contraire pour Girard, qui participe à ses premiers Jeux. Pour Hamelin, c’était important d’accompagner la recrue canadienne jusqu’à la toute fin de sa première finale olympique.

«J’ai voulu m’assurer qu’il était prêt physiquement et mentalement pour la finale afin qu’il soit content de son résultat. Je suis vraiment fier de lui, mentionne Hamelin. Sam est un bon ami! Je ne suis pas toujours là pour lui dire quoi faire, mais lorsque j’ai l’occasion de le conseiller, je n’hésite pas à le faire.»

Charles Hamelin n’hésite pas à conseiller Samuel Girard, qui en est à ses premiers Jeux. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

Samuel Girard se dit chanceux de pouvoir compter sur le support de son coéquipier, qui est bien plus expérimenté que lui aux Olympiques.

«Il m’a surtout appris à toujours être à 100% dans tout ce que je fais. Que ce soit à l’entraînement, en rehabilitation ou pendant les compétitions, il faut toujours tout donner et je pense que Charles est le meilleur exemple que je peux avoir», estime Girard.

D’autres compétitions attendent les deux Canadiens, alors que les prochaines épreuves de patinage de vitesse sur courte piste auront lieu mardi prochain.