Photo via almaty.kz

Cette fin de semaine, Astana, la capitale du Kazakhstan, est devenue le centre de l’univers du patinage de vitesse alors qu’elle accueillait les Championnats du monde de sprint.

Laurent Dubreuil, Gilmore Junio, Jamie Gregg, Heather McLean, Marsha Hudey et Jessica Gregg y représentaient le Canada.

Monument des Beatles au parc Kok-Tobe à Almaty, Kazakhstan. (Photo source)

Peut-être êtes-vous au courant que le Kazakhstan a déposé sa candidature pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver 2022 à Almaty, sa plus grande ville. Mais qu’en savez vraiment sur le pays? Si vos connaissances ne proviennent que du film Borat, vous en manquez beaucoup.

Il n’est pas réellement question d’exportation de potassium ou d’invention du caramel dans l’hymne national, qui sonne plutôt comme ceci :

Quel embarras ce fut, donc, lorsqu’en mars 2012, au terme d’une compétition au Kuwait, la version de Borat joue par erreur lors de la remise de la médaille d’or à une tireuse kazakhe.

Le Kazakhstan devient un état indépendant le 16 décembre 1991 après la dissolution de l’Union soviétique. En 1997, le premier et jusqu’à présent seul président du pays, Nursultan Nazarbayev, déplace la capitale d’Almaty à Astana. À l’époque, l’endroit est assez désert (c’est toujours le cas des environs), mais Astana a aujourd’hui la silhouette d’une ville moderne avec des gratte-ciel qui semblent tout droit sortis d’un film de science-fiction.

C’est une des raisons pour lesquelles CNN l’a couronnée « capitale la plus bizarre au monde » en 2012.

Avec une superficie de 2 724 900 kilomètres carrés, le Kazakhstan vient au neuvième rang des pays les plus vastes du monde. À l’intérieur des frontières du pays, les autorités kazakhes louent à la Russie jusqu’en 2050 un territoire de 6 000 km2 abritant le cosmodrome de Baïkonour. Depuis que la NASA a mis fin à son programme de navettes spatiales, c’est ici qu’ont lieu les lancements en direction de la Station spatiale internationale. L’astronaute canadien Chris Hadfield a notamment quitté la Terre et y est revenu à bord d’une fusée Soyouz au Kazakhstan.

Astana et Almaty ont accueilli les Jeux asiatiques d’hiver en 2011. Almaty était candidate pour les Jeux olympiques d’hiver 2014, mais ne figurait pas parmi les trois villes en lice lors du vote final.

Les olympiens kazakhs portent les couleurs de leur pays depuis Lillehammer 1994. Le pays remporte ses premières médailles olympiques à ces Jeux, une médaille d’or et deux d’argent du fondeur Vladimir Smirnov.

Denis Ten (G) partage le podium avec Patrick Chan (D) à Sotchi.

Le Kazakhstan a récolté un total de sept médailles aux Jeux olympiques d’hiver, la plus récente étant le bronze du patineur artistique Denis Ten à Sotchi 2014, où il partageait le podium avec Patrick Chan. Ten sera un des prétendants aux Championnats du monde qui auront lieu en mars.

L’essentiel des succès olympiques du Kazakhstan se limite à deux sports de combat : la boxe (17 médailles) et la lutte (14 médailles).

Le pays a produit quelques noms connus en hockey, dont l’ancien joueur de la LNH Nik Antropov. Mais le Kazakhstan excelle surtout dans une autre discipline sur glace, le bandy, un cousin du hockey joué avec une balle sur une patinoire de la dimension d’un terrain de soccer. Le Kazakhstan a obtenu la médaille de bronze aux trois derniers championnats du monde.

Anjelika Reznik, 2e à partir de la gauche, a représenté le Canada aux Jeux panaméricains de Guadalajara en 2011.

Des liens entre le Canada et le Kazakhstan? En voici un : les jumelles Anjelika et Victoria Reznik sont nées au Kazakhstan, mais feront partie de l’équipe canadienne de gymnastique rythmique aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto. Anjelika était aussi membre de la délégation canadienne à Londres 2012.