Sarah Burke n’est pas seulement une pionnière du ski. C’était aussi une entrepreneuse, une rebelle motivée par un idéal positif et une femme de tête.

La Croix du service méritoire (division civile) a été décernée à titre posthume par le gouverneur général à Sarah Burke au début du mois.

Sarah Burke est l’instigatrice du mouvement du ski acrobatique féminin dont elle a ouvert les portes des Jeux olympiques d’hiver en lui insufflant un dynamisme qui ne s’éteindra jamais. La skieuse est décédée le 19 janvier 2012 des suites de blessures subies à l’entraînement en Utah quelques jours auparavant.

Depuis son décès, elle a reçu plusieurs distinctions. Elle a notamment été intronisée au Temple de la renommée olympique du Canada dans la catégorie Bâtisseur, et ses consœurs du ski acrobatique, comme Dara Howell et Kaya Turski, expriment souvent leur reconnaissance de façon informelle. Les nouvelles épreuves à Sotchi sont un témoignage de l’influence de Sarah Burke sur l’évolution des sports d’hiver, comme l’opinion de ses pairs est un témoignage de sa personnalité exceptionnelle.

Si vous entendez souvent parler de Sarah Burke sans trop la connaître, voici ce que vous devez savoir sur elle.

 

Sarah Burke

Exploits de Sarah sur neige :

Première athlète féminine à réussir un 720, un 900 et un 1080 (trois tours complets) en compétition
Championne du monde de 2005 de demi-lune à ski (débuts de l’épreuve)
Quadruple médaillée d’or des X Games d’hiver
Meilleure athlète féminine en sport d’action d’ESPY en 2007

Ce que Sarah a fait pour le ski :

Elle s’est battue pour l’égalité en ski acrobatique
Elle a fait pression sur ESPN pour que le ski acrobatique féminin soit inclus aux X Games. En 2005, ils l’ont fait. Elle a fait pression sur le CIO pour que le ski acrobatique féminin soit inclus aux Jeux olympiques d’hiver. En 2014, la Canadienne Dara Howell a remporté la médaille d’or olympique en slopestyle. La demi-lune à ski a aussi fait ses débuts à Sotchi.

Sur le site Web de sa fondation, Sarah est décrite dans les mots suivant : « Ses médailles et ses prouesses l’ont rendue célèbre, mais c’est la nature chaleureuse, bienveillante et modeste de Sarah qui la place dans une classe à part. Aimée et admirée de tous, Sarah manque à sa famille, ses amis, ses admirateurs et ses coéquipiers. »

Rory Bushfield, le mari de Sarah, a accepté la Croix du service méritoire lors d’une cérémonie à Québec le 3 octobre 2014.