EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Quilles

Des vestiges d’instruments de sports semblables aux quilles ont été découverts en Égypte antique. Le poème épique grec d’Homère, l’Illiade, y fait aussi allusion. Au Moyen-Âge, une forme de quilles est jouée dans les monastères. C’est dans les années 1800 que les neuf-quilles apparaissent aux États-Unis, où elles attirent les parieurs. Pour enrayer le jeu, les autorités américaines adoptent, en 1841, une loi interdisant les salles de neuf-quilles. Pour la contourner, les parieurs changent les règles du jeu en ajoutant une quille. Ainsi sont nées les dix-quilles, désormais la version standard du jeu.

Les quilles n’ont jamais officiellement figuré au programme olympique, mais le sport a été présenté en démonstration à Séoul 1988. Il est au programme des Jeux panaméricains depuis 1991.

Les quilles se jouent sur des couloirs faits de bois ou de matériaux synthétiques de 60 pieds de long et 41,5 pouces de large. Une partie de quilles comporte 10 carreaux, chaque joueur ayant droit à deux tentatives pour renverser les quilles par carreau. Chaque quille abattue vaut un point. Un abat (réussi lorsque toutes les quilles sont renversées avec la première boule) compte pour 10 points, plus les points boni accordés pour les quilles renversées aux deux prochains lancers. Une réserve (lorsque toutes les quilles sont renversées avec deux boules) compte pour 10 points plus les points boni pour les quilles renversées au prochain lancer. Un abat aux deux premières boules du dernier carreau donne droit à un troisième lancer. Ainsi, une partie parfaite est de 300 points, soit 12 abats consécutifs.

Identification Olympique
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 044 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.