Comment ça fonctionne :

Bien que le patinage de vitesse sur courte piste se pratique en Europe depuis la fin du 19siècle, ce n’est qu’au début des années 1900 que ce sport s’est popularisé au Canada et aux États-Unis. Durant les années 1920 et 1930, des foules s’amassaient régulièrement au Madison Square Garden de New York pour assister à des compétitions de courte piste en raison des sensations fortes suscitées par ces compétitions en peloton, ce qui constitue, en plus de la dimension de la piste, la principale différence entre le patinage de vitesse sur longue piste et le patinage de vitesse sur courte piste.

L’Équipe olympique canadienne 2014 – courte piste

Le patinage de vitesse sur courte piste se déroule sur une piste ovale de 111,12 mètres sur une patinoire de dimension internationale (60 m x 30 m). La piste ovale plus petite signifie que les virages sont serrés et sont plus rapprochés qu’en longue piste. La stratégie et les tactiques de course sont très importantes, car le vainqueur n’est pas nécessairement le patineur le plus rapide, mais parfois le plus astucieux.

L’ISU a reconnu le patinage de vitesse sur courte piste comme une discipline en 1967. Même si l’organisme a sanctionné des compétitions internationales dans les années qui ont suivi, ce n’est qu’en 1981 que se sont tenus les premiers Championnats du monde de patinage de vitesse sur courte piste de l’ISU. Le patinage de vitesse sur courte piste fit son entrée aux Jeux olympiques d’hiver en tant que sport de démonstration à Calgary en 1988 où il faisait partie des disciplines les plus populaires auprès du public. La discipline a fait ses débuts olympiques officiels quatre ans plus tard, soit aux Jeux de 1992 à Albertville.

MÉDAILLÉS OLYMPIQUES CANADIENS

Or

Angela Cutrone, Sylvie Daigle, Nathalie Lambert, Annie Perreault

3 000 m relais, femmes

Albertville 1992

Éric Bédard, Derrick Campbell, François Drolet, Marc Gagnon

5 000 m relais, hommes

Nagano 1998

Annie Perreault

500 m, femmes

Nagano 1998

Marc Gagnon

500 m, hommes

Salt Lake City 2002

Éric Bédard, Marc Gagnon, Jonathan Guilmette, François-Louis Tremblay, Mathieu Turcotte

5 000 m relais, hommes

Salt Lake City 2002

Charles Hamelin

500 m, hommes

Vancouver 2010

Charles Hamelin, Guillaume Bastille, François Hamelin, Olivier Jean, François-Louis Tremblay

5 000 m relais, hommes

Vancouver 2010

Argent

Frédéric Blackburn

1 000 m, hommes

Albertville 1992

Frédéric Blackburn, Laurent Daignault, Michel Daignault, Sylvain Gagnon, Mark Lackie

5 000 m relais, hommes

Albertville 1992

Christine Boudrias, Isabelle Charest, Sylvie Daigle, Nathalie Lambert

3 000 m relais, femmes

Lillehammer 1994

Nathalie Lambert

1 000 m, femmes

Lillehammer 1994

Jonathan Guilmette

500 m, hommes

Salt Lake City 2002

Éric Bédard, Jonathan Guilmette, Charles Hamelin, François-Louis Tremblay, Mathieu Turcotte

5 000 m relais, hommes

Turin 2006

Alanna Kraus, Anouk Leblanc-Boucher, Amanda Overland, Kalyna Roberge, Tania Vicent

3 000 m relais, femmes

Turin 2006

François-Louis Tremblay

500 m, hommes

Turin 2006

Jessica Gregg, Kalyna Roberge, Marianne St-Gelais, Tania Vicent

3 000 m relais, femmes

Vancouver 2010

Marianne St-Gelais

500 m, femmes

Vancouver 2010

Bronze

Marc Gagnon

1 000 m, hommes

Lillehammer 1994

Éric Bédard

1 000 m, hommes

Nagano 1998

Christine Boudrias, Isabelle Charest, Annie Perreault, Tania Vicent

3 000 m relais, femmes

Nagano 1998

Isabelle Charest, Marie-Ève Drolet, Amélie Goulet-Nadon, Alanna Kraus, Tania Vicent

3 000 m relais, femmes

Salt Lake City 2002

Marc Gagnon

1 500 m, hommes

Salt Lake City 2002

Mathieu Turcotte

1 000 m, hommes

Salt Lake City 2002

Anouk Leblanc-Boucher

500 m, femmes

Turin 2006

François-Louis Tremblay

500 m, hommes

Vancouver 2010