SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Haltérophilie

Haltérophilie

L’haltérophilie est présente en Égypte et en Grèce antique, offrant un moyen facile de mesurer la force et la puissance. Tout au cours du Moyen-Âge, des hommes forts se donnent en spectacle lors de foires et de festivals. Dans les années 1800, des professionnels font partie des tournées de troupes de carnavals et de vaudeville. Dès la fin du 19e siècle, l’haltérophilie était devenue un sport de compétition pratiqué à l’échelle mondiale.

Les premiers championnats du monde ont eu lieu en 1891 et alignaient sept athlètes représentant six pays. Cinq années plus tard, l’haltérophilie était l’un des neuf sports faisant partie des premiers Jeux olympiques de l’ère moderne. Il n’y avait pas de catégories de poids, et les épreuves comportaient des mouvements à un bras et à deux bras. L’haltérophilie a fait partie de tous les programmes des Jeux olympiques depuis lors, sauf trois : Paris 1900, Londres 1908 et Stockholm 1912. Depuis Amsterdam 1928, l’haltérophilie comporte trois épreuves : l’arraché, l’épaulé-jeté et le développé. En 1973, le développé est éliminé en raison des difficultés d’arbitrage.

Roy, Kevin

Les femmes prennent part aux championnats du monde pour la première fois en 1987. L’année suivante, l’International Weightlifting Federation a présenté une demande pour l’ajout d’épreuves féminines au programme olympique. Cette demande a finalement été approuvée à la fin de l’année 1996, et les haltérophiles féminines ont fait leurs débuts olympiques à Sydney 2000.  L’haltérophilie figure au programme panaméricain depuis 1951, année où les Jeux panaméricains ont eu lieu pour la toute première fois.

Les 15 épreuves d’haltérophilie sont désignées au moyen de la limite de poids supérieure autorisée pour chaque catégorie.

Christine Girard en compétition à Beijing 2008 (Photo : PC)

Les compétiteurs soulèvent un poids appelé haltère qui comprend une barre d’acier (pesant 20 kg pour les hommes et 15 kg pour les femmes) chargée de disques de différentes couleurs (pesant de 0,5 kg à 25 kg). Les haltérophiles effectuent deux types de mouvement, l’arraché et l’épaulé-jeté et bénéficient de trois essais pour chacun de ces mouvements. Le meilleur résultat de l’haltérophile à l’arraché et à l’épaulé-jeté sont additionnés pour déterminer le résultat final. Si deux compétiteurs obtiennent le même total, le gagnant est celui qui possède le poids corporel le plus léger.

Lors de l’exécution de l’arraché, l’haltère est placé horizontalement devant les pieds de l’haltérophile. L’haltère est agrippé paumes vers le bas et soulevé du sol jusqu’au-dessus de la tête en un seul mouvement, bras tendus.

Denis Garon à Séoul 1988 (Photo : PC)

Denis Garon à Séoul 1988 (Photo : PC)

L’épaulé-jeté comporte deux phases. Lors de l’exécution de l’épaulé-jeté, l’haltère est placé horizontalement devant les pieds de l’haltérophile. L’haltère est agrippé paumes vers le bas et soulevé du sol jusqu’aux épaules en un seul mouvement. Avant le jeté, l’haltère repose sur le haut de la poitrine ou sur les bras repliés, alors que les pieds sont alignés et les jambes tendues. Lors du jeté, l’athlète plie les jambes puis les porte en extension en même temps que les bras pour porter l’haltère au-dessus de la tête, les bras complètement tendus.

À la fin de l’arraché et de l’épaulé-jeté, les haltérophiles doivent rester immobiles jusqu’à ce que l’arbitre donne le signal de laisser retomber le poids.

Médaillés canadiens

Open/Close

CLASSEMENT FINAL:

ATHLÈTES:

JEUX:

ÉVÉNEMENT :

RÉSULTAT:

ArgentGerry Gratton1952 Helsinki75 kg - hommes -
ArgentJacques Demers1984 Los Angeles75 kg - hommes -
BronzeChristine Girard2012 Londres63 kg - femmes -
Identification Olympique
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 801 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.