Comment ça fonctionne :

Le basketball est inventé en décembre 1891 au Massachusetts par le professeur canadien du Springfield College, James Naismith. En peu de temps, le jeu évolue jusqu’à sa forme actuelle. Le drible en devient rapidement un élément essentiel, le nombre de joueurs par équipe se restreint de neuf à cinq et la valeur d’un panier marqué passe de trois à deux points. On utilise un ballon de cuir plus grand que le ballon de soccer utilisé à l’origine par James Naismith, et les paniers à pêches (chaque ballon devait être récupéré manuellement) laissent leur place aux filets suspendus à des cercles métalliques.

Chacun des deux tournois olympiques compte douze équipes de douze joueurs, mais seulement cinq joueurs par équipe s’affrontent en même temps sur le terrain. Les équipes sont divisées en deux groupes de six pour la première ronde du tournoi. Elles remportent deux points à chaque victoire et un seul point par défaite. Les quatre meilleures équipes de chaque groupe avancent ensuite en quart de finale pour les rondes d’élimination directe.

Robinson

Depuis Barcelone 1992, les joueurs professionnels, y compris ceux de la National Basketball Association (NBA), ont le droit de participer aux Jeux olympiques. Par contre, les règles internationales diffèrent des règles de la NBA sous certains aspects importants. Tout d’abord, chaque quart de jeu compte dix minutes (deux minutes de moins que dans la NBA). Lors d’égalité en fin de match, le jeu est prolongé d’autant de périodes de cinq minutes nécessaires pour déterminer le vainqueur. La surface de jeu de dimension internationale mesure 28 m de long sur 15 m de large, légèrement plus petite que celle de la NBA (28,65 m sur 15,24 m). La ligne de trois-points internationale décrit un arc de cercle à distance de 6,75 m du panier contre 7,24 m dans le cas de la NBA. Dans les deux cas, la hauteur du panier reste la même à 3,05 m.

Le Canada aux Jeux olympiques

Le Canada n’a remporté qu’une seule médaille olympique à Berlin 1936, année d’introduction du basketball au programme olympique. En finale face aux États-Unis, la pluie transforme l’argile du terrain de tennis sur lequel la partie a lieu en une boue qui rend difficile le drible et empêche de marquer beaucoup de points. Les Américains l’emportent 19 à 8, laissant la médaille d’argent aux Canadiens. C’est James Naismith qui remet les médailles cette année-là. L’épreuve féminine est ajoutée au programme olympique de Montréal 1976, et le meilleur résultat du Canada dans cette épreuve est une quatrième place à Los Angeles 1984.