L’air salin, le soleil et les tacos, la Californie a tout pour plaire.

Et en 2028 la Cité des anges sera le théâtre des Jeux de la XXIVe Olympiade. Voici 10 choses à savoir en vue de ces Jeux en sol californien.

1. Jamais deux sans trois

Los Angeles devient la troisième ville à accueillir pour la troisième fois les Jeux olympiques d’été après Londres (1908, 1948 et 2012) et Paris (1900, 1924 et 2024). La plus grande ville des États-Unis a accueilli le monde pour une première fois en 1932 avant de récidiver 52 ans plus tard en 1984.

2. Battre son propre record

Les Jeux de 2028 seront les premiers Jeux olympiques en sol américain depuis que Salt Lake City a accueilli les Jeux olympiques d’hiver en 2002 et les premiers Jeux d’été du pays depuis Atlanta 1996. En tout, il s’agira de la neuvième fois que les États-Unis accueillent le monde pour des Olympiades et ses cinquièmes d’été après St. Louis 1904, Los Angeles 1932, Los Angeles 1984 et Atlanta 1996. Un record qu’aucun autre pays n’a égalé.

3. L.A. la reine de la finance

Le 30 juillet 1932, des colombes ont été libérées lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de la Xe Olympiade. (AP Photo)

Los Angeles est la seule ville qui puisse prétendre avoir terminé ses tâches d’accueil olympique avec des excédents budgétaires à deux reprises. Les Jeux de 1932 ont eu lieu au milieu de la Grande Dépression, avec un taux de participation 50 % plus faible que l’édition tenue quatre ans plus tôt. Mais les spectateurs locaux se sont présentés en nombre record, ce qui a permis de fermer les livres financiers avec un excédent d’environ 1 million de dollars.

Une grande partie de ce montant a été accordée à la Ville de Los Angeles et à l’État de Californie qui avaient financé les Jeux avec des obligations d’épargne. Les Jeux de 1984 ont été mis en scène presque complètement sans financement gouvernemental puisque le comité organisateur s’appuyait sur les commanditaires, les droits de diffusion de la télévision et la vente de billets. Dans l’optique d’atteindre la parité, les Jeux ont généré un bénéfice de 223 millions de dollars. Basé sur ce même modèle, il existe des projections selon lesquelles LA 2028 pourrait clôturer ses Jeux avec un excédent d’exploitation de 400 à 500 millions de dollars.

4. L’héritage d’une ville sportive

Los Angeles, qui a organisé des Jeux très réussis en 1984, a insisté dans son dossier de candidature que la ville peut offrir un large éventail de stades déjà en place, pour la plupart maisons des grandes équipes sportives actives. Le Coliseum (construit en 1923 et utilisé pour les Jeux de 1932 et 1984), le Stade des Dodgers, le Staples Center – maison des Lakers, Clippers et des Kings —, le Rose Bowl et d’autres lieux bien connus pourraient être utilisés.

5.  Faites-en un double succès de transport en commun!

Los Angeles avait été louangée en 1984 pour la mise en place de son système d’autobus qui permet aujourd’hui à des millions de travailleurs d’arriver à l’heure au bureau les matins de semaine. Pour 2028, la Cité des anges prévoit revamper son système actuel en un système de transit de masse de pointe. Alors que des plans étaient déjà sur la table, la venue des Jeux ne fera qu’accélérer le processus déjà en place. La Metropolitan Transportation Authority étendra le transport en commun vers Westwood, à l’ouest, Torrance au sud, Norwalk et South El Monte à l’est, en plus d’une ligne reliant l’aéroport à la ville.

6. La vie sur le campus

La vie au Village des athlètes ressemble sur plusieurs plans à la vie en résidence universitaire. Ça sera encore plus vrai à L.A. 2028 puisque c’est le campus d’UCLA qui hébergera les athlètes. Ce faisant, le comité organisateur prévoit sauver 1 milliard de dollars qui autrement auraient été investis dans la construction d’un nouveau village. Celui des médias sera du côté de la University of South California.

7. Des jeux dans 11 ans, mais des changements qui commencent maintenant

Les coureurs du marathon de Los Angeles, le samedi 13 février 2016, à Los Angeles. (AP Photo/Kelvin Kuo)

Les Jeux ne se tiendront que dans 11 printemps, mais le maire de Los Angeles Eric Garcetti a dit que l’attribution des Jeux olympiques aussi tôt « va amorcer notre volonté de faire de L.A. la ville la plus saine d’Amérique ». Étant déjà l’une des villes les plus progressives du pays, L.A. semble bien outillée pour réaliser ce défi et motiver ses troupes à adopter un mode de vie sain.

8. Des jeux technos

Avec tous les grands joueurs et startups dans le domaine du marketing expérientiel numérique ayant leurs quartiers généraux sur la côte californienne, tout porte à croire que L.A. 2028 sera les Jeux les plus interactifs de leur temps. Et avec 10 ans pour se préparer, disons que les compagnies auront pleinement de temps pour brainstormer!

9. Des Jeux olympiques festifs et créatifs

Avec l’attitude SoCal qui flotte dans l’air et l’ajout du skateboard et du surf au programme olympique de 2020, les Angelenos promettront bien plus que des compétitions sportives dans ses rues et le long de ses plages. Les berceaux du skateboard que sont Venice Beach et Long Beach ainsi que le street art des ruelles de Los Angeles auront une influence sur le ton et l’image des Jeux. On a qu’à voir ce qui a été fait pour le Dew Tour de Long Beach et on a déjà hâte de voir ce que L.A. 2028 nous réservera.

10. Un spectacle de cérémonie d’ouverture gigantesque

La cérémonie d’ouverture est une excellente plateforme pour un pays de faire découvrir sa culture aux spectateurs présents et aux millions de téléspectateurs qui regarderont l’événement en direct. La culture pop américaine est profonde et diversifiée, mais nous pouvons déjà spéculer sur qui donnera des performances non? La nouvelle chanteuse en vogue Blue Ivy, fille de Beyoncé et Jay-z? Le grisonnant Justin Timberlake? L’immortelle Madonna? Faites vos prédictions!
twitter_frsocial-ads
twitter_frsocial-ads