La vitesse de rotation devient tranquillement un facteur clé de la compréhension de certains sports.

Mesurer la révolution (ou rotation) est plus facile qu’auparavant, et l’importance de cette donnée gagne du terrain dans des sports comme le tennis, le baseball et beaucoup d’autres. Certains athlètes se distinguent en maîtrisant le nombre de tours par minute de leur balle ou la vitesse de rotation de leur corps.

Quelles sont les vitesses de rotation les plus rapides du monde du sport? Nous examinerons deux types de rotations, soit celle d’une balle et celle du corps de l’athlète.

À LIRE : Balles et ballons: du plus petit au plus grand

Tennis – 3700 tours par minute

Au tennis, ce sont les services éclair qui ne donnent aucun droit de réplique à l’adversaire qui nous viennent à l’esprit en premier. Cependant, la vitesse de rotation joue un rôle aussi crucial que la vitesse de croisière, car elle permet le positionnement optimal de la balle. Avec 3200 tours par minutes, Rafael Nadal a la meilleure vitesse de rotation moyenne pour son coup droit comparé à tous les joueurs de tennis observés. Toutefois, à 3700 tours par minute, Roger Federer a une meilleure moyenne avec son revers. Si on considère les vitesses hallucinantes de ces coups, vous n’avez aucune chance de pouvoir riposter.

Baseball – 2674 tours par minute

Lors de la saison 2016, Andrew Scott Bailey a atteint la plus grande vitesse de rotation avec sa balle rapide à quatre coutures. La raison pour laquelle on considère la vitesse de rotation si importante, c’est qu’elle détermine la trajectoire de la balle. Il est important de noter que la vitesse de rotation n’est pas un indicateur de la rapidité d’un lancer. Par contre, plusieurs analyses récentes prouvent que la vitesse de rotation serait plus importante que la vitesse de croisière pour la réussite d’un lancer. Voilà qui devrait satisfaire les amateurs de baseball en perpétuel manque de statistiques.

Golf – 2628 tours par minute

Tous ceux qui ont frappé une balle de golf à l’endroit parfait et qui l’ont vue s’éloigner du trou s’entendent sur l’importance de l’effet de la rotation. Elle peut accroître la distance d’un coup ou aider à bien positionner la balle. Bien souvent, la rotation latérale rend le coup imprévisible et elle est donc rarement souhaitée. Par contre, une rotation arrière accroît énormément la précision du coup. La vitesse moyenne de rotation d’une balle de golf est de 2628 tours par minute, et Jordan Speith, l’un des meilleurs golfeurs, maîtrise l’art de la rotation.

Tennis de table – 9000 tours par minute

Un récent changement de type de balle empêche la mesure précise de la vitesse de rotation en tennis de table. Les deux modèles de balles (l’ancien de 38 mm et le nouveau de 40 mm) ont deux vitesses de rotation différentes. Celle de 38 mm a déjà atteint un maximum de 9000 tours par minute alors que le meilleur résultat obtenu par celle de 40 mm est de 8000 tours minute. Ces deux vitesses sont le fruit d’efforts physiques, mais en utilisant certains stratagèmes et matériaux, on peut atteindre des vitesses encore plus élevées. Il suffit d’un peu d’azote liquide et le tour est joué.

Patinage artistique – 342 tours par minute

Le nombre de tours par minute varie selon la figure exécutée, car les sauts et les rotations sont tous différents. Depuis 2015, la Canadienne Olivia Rybicka-Oliver détient le record de la vitesse de rotation la plus élevée en patinage artistique avec ses 342 tours par minute. En patinage artistique, il est impossible de maintenir une rotation pendant une minute. Il a donc été nécessaire d’avoir recours à trois juges et un appareil de mesure qu’elle portait lors de sa manœuvre.

Cyclisme – 120 tours par minute

Les statistiques concernant la vitesse de rotation sont rares en cyclisme, car des facteurs comme le dénivelé ont un impact énorme sur cette mesure. Fred Rompelberg détient le record de vitesse atteinte à vélo à 268 km/h, ce qui équivaut à peu près à 120 tours par minute. Malheureusement, cette mesure est peu révélatrice, car les cyclistes accordent plus d’importance à la cadence. Ce terme désigne le rapport entre le nombre de coups de pédale et la rotation des roues. La cadence varie selon le cycliste, qui s’en sert pour maximiser son efficacité. L’athlète recherche un équilibre entre la quantité d’énergie déployée à pédaler et le nombre de rotations des roues pour atténuer sa fatigue. La cadence se mesure normalement sur un vélo stationnaire. Pour voir des exploits de cadence, cliquez sur le lien ci-dessous.

Jusqu’à présent, nous avons abordé les tours par minute et la vitesse de rotation, mais le nombre de rotations effectuées est tout aussi important pour des sports comme le patinage artistique, le snowboard et le ski acrobatique. Compléter une rotation est signe d’habileté, et plus un athlète en fait en une seule figure, meilleur il est.

Snowboard – « Quad cork » 1800°

Le « quad cork » a longtemps été considéré comme impossible à exécuter, mais les sauts en snowboard ont continué de prendre de l’ampleur, et la figure est devenue de plus en plus réalisable. En 2015, le Britannique et olympien de Sotchi 2014 Billy Morgan a réussi le premier « 1800° », une manœuvre désaxée de quatre culbutes combinées à cinq rotations. Son « quad cork », un mélange de rotations arrière et de rotations latérales, est l’actuel record du monde du plus grand nombre de rotations effectuées sur une planche à neige. À tourner dans tous les sens, il est impressionnant que le planchiste puisse retomber sur ses pieds.

Ski acrobatique – « Quad cork redux » 1800°

Cette année, le skieur suisse Andri Ragettli a réussi le tout premier « Quad Cork 1800° », semblable à la manœuvre de snowboard mentionnée précédemment. La manière dont les figures sont jugées en ski acrobatique fait en sorte il n’est pas à l’avantage de certains skieurs de tenter de reproduire cette figure. Ils sont jugés sur leur envol, la forme de leur saut et l’atterrissage. Pour avoir une idée du « quad cork 1800° », vous pouvez regarder la vidéo ci-dessous. Gare aux étourdissements!

La vitesse de rotation deviendra de plus en plus importante alors que la technologie nous permettra de la calculer plus précisément. Les athlètes de haut niveau n’ont plus le temps de se tourner les pouces à l’entraînement.