Bonne fête Canada!

Notre pays n’était vieux que d’une semaine lorsque ses premiers champions du monde étaient couronnés en 1867. Ces quatre rameurs du Nouveau-Brunswick ont tracé le chemin pour plusieurs athlètes qui sont devenus des vedettes internationales dans le monde du sport au cours des 150 années suivantes.

À LIRE ÉGALEMENT : Décennie par décennie : 150 ans de sport canadien

Pour célébrer l’anniversaire du pays, Olympique.ca a demandé à des douzaines d’athlètes qui souhaitent aller à PyeongChang en 2018 ce que signifie pour eux de représenter le Canada sur la scène mondiale.

Voici certaines de leurs réponses, en commençant par l’honneur de porter l’emblématique feuille d’érable :

Kaillie Humphries – Bobsleigh

Pour moi, la fierté associée avec le port de la feuille d’érable, en sachant que tu es un prolongement de ce pays pendant que tu voyages à travers le monde et que tu es ce qu’il y a de meilleur de ce que pays offre… Je me sens très fier de pouvoir porter la feuille d’érable. Et pas seulement pour ma représentation. Je veux que le reste du monde sache qui nous sommes en tant que culture, en tant que nation.

Kaetlyn Osmond – Patinage artistique

Lorsque j’ai participé à mon premier Grand Prix junior, je portais les couleurs du Canada. Au moment où j’ai embarqué sur la glace et qu’ils ont dit : et représentant le Canada… c’était vraiment bien. Je passais de représenter une équipe dans ma province à représenter un pays.

Kimberley McRae – Luge

C’est un sentiment que tu ne retrouves nulle part ailleurs. Peut-être que certains voyageurs qui portent la feuille d’érable sur leur sac à dos ont également ce sentiment. Tout le monde est ouvert à te recevoir et t’aider, mais c’est aussi une passion, une motivation, et tu amènes la culture canadienne et la communauté avec toi partout où tu vas.

Andrew Poje – Patinage artistique

Je crois qu’avoir le nom du Canada sur la poitrine signifie aussi que tu performes avec ton cœur parce que le Canada est tellement ouvert et tellement aimant des gens qui entrent en ses frontières.

Justin Snith – Luge

La première fois que tu fais l’équipe, tu te dis : Enfin! Je vais avoir cet uniforme avec la feuille d’érable. Tu veux la veste avec Canada écrit dans le dos… puis tu te trouves sur la scène internationale et tu te dis : Attends… maintenant j’ai un pays en entier derrière moi! Quoi dire de plus?

Marianne St-Gelais – Patinage de vitesse courte piste

Les gens disent toujours « les gentils Canadiens », alors tout le monde croit que l’on est gentil. Et c’est vrai, nous le sommes, mais nous sommes également forts et j’aime prouver à tout le monde que nous sommes forts, que nous sommes les meilleurs.

Pour certains athlètes qui ont choisi de s’établir ici, le Canada est une terre de possibilités.

Mirela Rahneva – Skeleton

Je regarde tous les obstacles que ma mère a dû surmonter et les possibilités qu’elle nous a offert simplement en déménageant sa famille au Canada, ça représente beaucoup. Ça représente tout. C’est essentiellement toutes les difficultés qu’on a dû passer à travers et on l’a fait pour ça, on l’a fait pour le rêve.

Piper Gilles – Patinage artistique

J’ai le sentiment que le Canada m’a donné un nouveau départ. Je crois que l’une des choses les plus uniques à propos du Canada est que les habitants sont très accueillants. Ils encouragent les gens à venir ici et pour moi, de pouvoir représenter le Canada pour la première fois (aux Jeux olympiques) sera incroyable.

Nos athlètes ressentent l’amour et le soutien du pays au complet.

Tristan Walker – Luge

C’est un peu étrange, évidemment, c’est très canadien d’être humble, mais la façon dont le Canada soutient ses athlètes, c’est presque anti-canadien d’une manière très canadienne. C’est une fierté humble qui vient d’un endroit très profond dans le cœur, je crois, et cela amène le pays en entier à se rassembler. De faire partie de quelque chose comme ça est vraiment unique et si je compare avec un sport professionnel, je porterais la feuille d’érable plutôt que mon nom dans le dos 10 fois sur 10.

Lewis Irving – Ski acrobatique (sauts)

Il n’y a aucun meilleur sentiment que de se tenir sur le podium et avoir l’hymne national canadien qui joue. Je sens que les Canadiens appuient leurs athlètes à un tel point que c’est pour nous une façon de donner au reste du pays et de faire entendre leur voix sur la scène internationale.

Ils ressentent également l’amour et le soutien de leurs pairs, tous sports confondus.

Marie-Michèle Gagnon – Ski alpin

On est tellement uni. On est une grande équipe tandis que bien d’autres équipes ont leurs vedettes et ne veulent pas se mêler entre eux. Comme tous ces médaillés d’or pourraient garder la tête haute et dirent : Je n’irai pas à ces événements. Ils viennent, sont très impliqués et sont faciles d’approche. Je crois que ça nous rend uniques. Après j’apprends à les connaître, je vois leurs succès et ça me motive énormément.

Charles Hamelin – Patinage de vitesse courte piste

Je crois que quand tu portes la feuille d’érable, tu représentes l’équipe du Canada. Tu ne vois pas une équipe de patineurs de vitesse courte piste, tu ne vois pas 10 personnes différentes, tu vois une équipe, tu vois le Canada. Quand tu rentres dans le stade, tu vois le pays et à quel point on est uni, je crois que c’est quelque chose de très spécial pour nous et c’est quelque chose qui définit le Canada. Quand je porte la feuille d’érable, c’est comme si j’étais un membre du clan, une partie de l’équipe canadienne, et je ressens toute la fierté de regarder les résultats des autres. Ce que je ressens que je porte l’uniforme : je me sens comme un superhéros.

Lorsque nos athlètes voyagent à travers le monde, ils voient à quel point le Canada est aimé et respecté

Valérie Maltais – Patinage de vitesse courte piste

Le Canada est un pays qui est très apprécié. Comme lorsque nous étions en Russie, s’il n’y avait pas de Russes dans la course, la foule nous soutenait. Tu es fière d’être Canadienne pour ça. Tu peux ressentir quand tu voyages que les gens adorent les Canadiens.

Simon Pouliot-Cavanagh – Ski acrobatique (bosses)

Ça m’impressionne toujours quand on va au Japon. Le Canada est tellement le bienvenu là-bas que le drapeau après le drapeau japonais est celui du Canada. Ils aiment les Canadiens à ce point que tu sens vraiment fier d’être Canadien quand tu es là-bas.

Meagan Duhamel – Patinage artistique

Ça me rend toujours fière, spécialement quand tu rencontres des gens de toutes ces cultures et que tu leur dis que tu viens du Canada. Ils s’illuminent sur le champ et y vont d’une histoire géniale à propos du Canada ou de ce que des Canadiens ont fait pour eux et ça me rend vraiment fière que le Canada génère cette réaction.

Charle Cournoyer – Patinage de vitesse courte piste

On est un pays qui est respecté à travers le monde. On est plus qu’accueilli dans tous les pays et j’essaie de rendre honneur à cet accueil. Je suis le genre de personne qui va parler à tous les gens des autres pays. Le gars contre qui je vais patiner, je vais faire des blagues avec lui après la course, même si quelque chose de mauvais arrive par sa faute. Après la course, je suis amical et j’aime apporter cet aspect du Canada chez les autres nations.

Mais bien évidemment, ils sont toujours heureux de revenir à la maison, même si c’est seulement dans leur tête.

Manuel Osborne-Paradis – Ski alpin

Vous savez, avec la quantité de voyage que l’on fait, je sens que chaque pays à une personnalité et que chaque pays à son type de personne. Quand je reviens au Canada, ce n’est pas important si je suis à Québec ou Toronto ou n’importe où. Je trouve toujours qu’on se ressemble beaucoup et je suis toujours heureux de passer du temps dans un café et parler à quiconque. Pour moi, c’est ce type de personne.

Patrick Chan – Patinage artistique

Peu importe si je suis en compétition ou dans des moments où je cherche mon identité, je peux toujours penser à la maison et aux merveilleux endroits que j’ai été au Canada. Il y a une certaine énergie que nous avons dans notre pays et dans les plus beaux endroits, et je sens que je peux amener cette énergie avec moi quand je participe à une compétition et que je représente le Canada et la feuille d’érable. Ça me rend fier parce que nous ne sommes pas beaucoup. Nous sommes petits, mais redoutables.