L’une des équipes de patinage artistique les plus solides de l’histoire du Canada a déjà foulé la glace d’Helsinki pour les entraînements en vue des Championnats du monde de l’UIP.

Avec une saison pleine de performances remarquables, il ya certainement de grands espoirs de médailles.

Mais cette année, la qualification olympique est également en jeu. Les Mondiaux sont la seule compétition où les pays tenteront de gagner autant d’entrées que possible pour PyeongChang 2018, jusqu’à un maximum de trois par discipline. Les places seront attribuées à la suite de l’addition des deux premiers placements d’un pays dans une discipline. Un montant total de 13 ou moins (comme un 1er et un 12e rang ou un 6e et un 7e) vaut trois places olympiques dans cette discipline. Les résultats de 14 à 28 en obtiendront deux.

Après avoir passé sous la loupe les danseurs sur glace et les couples, voici un aperçu des patineurs en simple.

Hommes

Le patinage artistique masculin se joue sur les sauts ces temps-ci et Patrick Chan le sait. Trois quads dans un programme libre ne sont plus suffisants quand les Nathan Chen, Yuzuru Hanyu et Shoma Uno de ce monde en ont quatre et cinq, dont les plus difficiles quadruples flip et lutz. Mais s’il peut maximiser ses points — il a réorganisé son plan de saut dans l’espoir de le faire —, il sera là prêt à saisir toute occasion de grimper au classement.

Depuis qu’il travaille avec un psychologue sportif, Chan dit qu’il a eu des conversations sur la frustration de voir d’autres patineurs occuper sa place de leader dans le sport qu’il a tenu comme triple champion du monde de 2011 à 2013. Sa stratégie pour les Mondiaux est de surmonter son déficit technique avec les composantes qu’il fait mieux que quiconque.

L’une de ces machines à quads est son compatriote Kevin Reynolds — avec un programme court de deux-quadruple et quatre-quadruple pour le programme long — est son coéquipier Kevin Reynolds. Les dernières années ont été difficiles pour lui et il n’a pas toujours été le patineur le plus régulier. Mais il a eu ses moments, y compris une cinquième place aux Mondiaux de 2013 et une médaille d’argent à l’épreuve par équipes à Sotchi 2014. Cette saison, il a grimpé sur le podium des Internationaux de Skate Canada.

  • Programme court : Jeudi 30 mars
  • Programme libre : Samedi 1er avril

Dames

Ce n’est pas souvent qu’ont dit que les Canadiennes ont une chance aussi bonne, sinon meilleure, que les Américains de se tenir debout sur le podium ou de gagner trois places olympiques. Mais c’est le cas cette saison avec le combo de Kaetlyn Osmond et Gabrielle Daleman.

🌪@kaetkiss #WorldFigure #Helsinki2017

A post shared by Skate Canada / Patinage Canada (@skate_canada) on

La force d’Osmond cette saison a été son programme court, recevant le deuxième meilleur pointage dans le monde cette saison derrière la championne du monde en titre Evgenia Medvedeva. Première Canadienne à se qualifier pour la finale du Grand Prix depuis 2009, Kaetlyn a terminé deuxième du programme court à cette compétition. Elle a occupé le même rang aux Championnats des quatre continents malgré une chute. Mais sa bête noire jusqu’à présent a été son programme libre. Celui qu’elle a présenté aux Quatre Continents était particulièrement difficile à regarder avec ses trois chutes.

Gabrielle Daleman a été l’une de celles qui ont pu profiter des dernières embuches d’Osmond, remportant l’argent aux Championnats des quatre continents, soit la première médaille du Canada depuis 2009. Extrêmement puissante dans ses sauts, Daleman a considérablement amélioré ses habiletés de patinage et son interprétation. Si elle arrive à présenter deux programmes sans failles, rien ne se trouvera entre elle et le podium.

  • Programme court : Mercredi 29 mars
  • Programme libre : Vendredi 31 mars

CBC sera en charge de la diffisusion et webdiffusion des épreuves. Vous trouverez l’horaire complet ici.