Derek Drouin a emprunté l’un des parcours les plus harmonieux pour remporter la médaille d’or à Rio 2016.

Il a réussi six tentatives de sauts en hauteur, dont le saut gagnant de 2,38 m. Il ne s’agissait que du sixième athlète de saut en hauteur de l’histoire des Jeux olympiques à remporter une médaille d’or sans manquer aucun de ses sauts.

À LIRE : Derek Drouin sacré champion olympique au saut en hauteur

« Je ne crois pas que j’aurais pu rêver de vivre un parcours aussi harmonieux ou aussi bien réussi; bref, tout s’est déroulé aussi bien que je pouvais le prévoir », a récemment dévoilé Derek à Olympique.ca.

On peut littéralement dire qu’un rêve est devenu réalité. À un moment donné pendant les jours qui ont précédé la compétition olympique, Derek s’était effectivement réveillé dans le village des athlètes en prétendant avoir rêvé d’avoir déjà remporté la médaille d’or.

Derek Drouin célèbre sa médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio, le 16 août 2016. (Photo/ COC Jason Ransom)

Derek Drouin célèbre sa médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio, le 16 août 2016. (Photo/ COC Jason Ransom)

Même à l’heure actuelle, quelques mois plus tard, ce sentiment de rêve perdure.

« Il y a des faits saillants dont je me souviens et bien des parties qui me semblent plutôt nébuleuses. Certes, il arrive que j’y réfléchisse et que je n’arrive pas à croire que cela s’est effectivement produit. Aussi, il arrive jusqu’à tout récemment que je me réveille le matin en ayant l’impression que la compétition n’a toujours pas eu lieu, ce qui explique pourquoi l’expérience semble tenir du rêve », précise-t-il.

« Chaque année depuis la création de ce prix, on assiste à l’émergence d’athlètes formidables et talentueux qui se le disputent. C’est un très grand honneur d’en être nommé finaliste. » – Derek Drouin

La fluidité de la compétition ne doit pas être confondue avec sa facilité. Derek a fait face à l’un des plus redoutables groupes de concurrents de l’histoire olympique dans l’épreuve de saut en hauteur. Mais, le championnat mondial qu’il a remporté en 2015 dans une série de sauts de barrage contre bon nombre des mêmes adversaires s’est révélé une grande source de confiance pour lui lorsqu’il est passé en finale.

Derek Drouin pendant la finale de saut en hauteur, lors des Jeux olympiques de Rio le 16 août 2016. (AP Photo/Matt Dunham)

Derek Drouin pendant la finale de saut en hauteur, lors des Jeux olympiques de Rio le 16 août 2016. (AP Photo/Matt Dunham)

À LIRE : Destination Rio : Derek Drouin

« Puisque j’ai été victorieux l’an dernier face à un groupe de concurrents identiques, je savais que j’étais capable d’en sortir gagnant », avoue-t-il, en dépit du fait que sa réalisation de l’année précédente n’était pas du tout ce qu’il avait en tête au moment de s’avancer sur la piste. « Je n’ai pas eu le sentiment d’avoir un avantage. Je n’ai pas non plus eu le sentiment d’avoir une cible accrochée au dos à cause de mon succès précédent. J’ai plutôt ressenti une sorte de confiance qui prenait de l’ampleur. »

« Le fait de voir des athlètes de piste parmi les finalistes pour la deuxième année consécutive, je trouve ça vraiment formidable; et si la population votait pour un athlète de piste, je trouverais ça génial. Cela montrerait que les sports de piste prennent leur envol et gagnent, espérons-le, en popularité à l’échelle du pays. » – Derek Drouin

Depuis son ascension à la première marche du podium olympique, Derek a pu profiter de la vie.

Il est retourné chez lui à Corunna, en Ontario, pour voir ses amis et sa famille élargie qu’il n’avait pas vus depuis longtemps. Il a pris des vacances bien méritées et s’est aussi rendu dans l’état de l’Indiana, où il a fait ses études universitaires. Il a même tenté sa chance au curling.

« On passe beaucoup de temps à rattraper le temps perdu, ce qui est difficile à faire en pleine saison en plein entraînement, surtout au cours d’une année olympique. Il fait donc bon de prendre du répit », ajoute-t-il.

Il a aussi eu la chance de rencontrer de nombreux partisans, y compris des enfants sur qui il espère faire bonne impression.

« Je suis retourné rendre visite à mon école primaire et mon école secondaire pour parler aux élèves. Cela a été une expérience géniale pour moi », explique-t-il. « Je me souviens de l’époque où un athlète olympique est venu à mon école primaire pour nous parler. Sa visite a rendu ma journée mémorable, en plus d’éveiller en moi l’espoir que mes rêves olympiques se réaliseraient un jour. J’espère donc avoir le même impact sur la prochaine génération. »

Et même si certaines choses ne changent pas après une médaille d’or olympique, il n’en est pas ainsi pour tout.

« Les cas où des gens me reconnaissent dans la rue, au centre commercial et à d’autres endroits se sont bien sûr multipliés. »

Si vous souhaitez que Derek Drouin soit nommé Athlète de l’année Air Canada, cliquez ici.