Destination Rio est une série d’articles sur les espoirs olympiques d’Équipe Canada pour Rio 2016.

Combattante dans l’âme et compétitrice de nature, Mandy Bujold fait partie des athlètes canadiennes les plus redoutables. Forte d’une riche expérience internationale, la boxeuse de 29 ans entamera ses premiers Jeux olympiques avec la ferme intention de frapper fort.

Pratiquant son sport depuis plus de 13 ans, la vedette de la campagne Sang-Froid d’Équipe Canada est entrée dans la délégation canadienne par la grande porte, c’est-à-dire en remportant le Tournoi américain de qualifications olympiques à Buenos Aires, en Argentine.

Mandy Bujold | Boxe

Inspirée par ses deux frères aînés, Mandy s’initie à la boxe très jeune, mais pratique plus sérieusement la discipline autour de 16 ans et remporte son premier titre canadien junior en 2006, deux ans à peine après ses débuts. Avant chaque combat, l’athlète de Kitchener en Ontario reçoit les encouragements de sa mère en guise de préparation à l’affrontement. Disciplinée, endurante et rapide, Bujold s’élève rapidement parmi l’élite mondiale et décroche l’or dans la catégorie des 51 kilos aux Jeux panaméricains de 2011 au Mexique.

À lire : Trois boxeurs canadiens dans le ring à Rio 2016

Après avoir raté de très près sa qualification pour Londres en 2012, Bujold ne laisse pas tomber les gants et opte pour un nouvel entraîneur. C’est ainsi que celui qui avait entraîné Lennox Lewis lorsqu’il avait décroché l’or aux Jeux de Séoul en 1988, Adrian Teodorescu, s’amène dans l’équipe de Bujold. La chimie opère rapidement et les résultats ne se font point attendre. En 2015 à Toronto, Mandy devient la première Canadienne à défendre son titre de championne des Jeux panaméricains.

Plus confiante que jamais, Mandy Bujold entrera dans le ring olympique avec un seul objectif en tête, repartir avec l’or au cou.

SANG-FROID : Les coulisses