Le trio de Boxe Canada qui voyagera à Rio est officiellement connu et c’est probablement l’équipe la plus confiante qu’on aura vue depuis les années 1990.

Malgré le fait qu’Ariane Fortin n’avait pu réussir à se qualifier pour les Jeux olympiques de 2012 à Londres, elle n’a jamais lâché prise. Jeudi, elle était officiellement nommée comme étant une des trois représentants du Canada pour les Jeux de Rio et sa confiance est à son paroxysme.

MONTREAL, QC - JULY 14: Arthur Biyarslanov and Ariane Fortin are nominated to the Canadian Olympic Team at Club de Boxe de l’Est on July 14, 2016 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Minas Panagiotakis/Photography 514-COC)

Ariane Fortin lors d’un entraînement au Club de Boxe de l’Est, le 14 juillet 2016. Photo : Minas Panagiotakis/Photographie 514-COC

« J’ai déjà battu la moitié des filles qui vont être à Rio. Il ne faut pas s’assoir là-dessus, mais ça montre que je suis de niveau », souligne la Québécoise. La boxeuse a réussi à se hisser sur la troisième marche du podium aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, sept mois seulement après une opération à l’épaule. Depuis, elle n’arrête de progresser et croit que l’or est tout à fait accessible dès cet été. «Quand j’ai mieux fait [après les Jeux panaméricains] et que mon épaule allait de mieux en mieux, j’ai réalisé que je n’étais pas à mon 100% […] En ce moment, je me sens au meilleur de ma forme et très complète. » L’attente en a donc valu la peine dans le cas de l’athlète de 31 ans, puisqu’elle aspirera aux plus grands honneurs au Brésil.

À LIRE : La boxe aux Jeux olympiques

Un peu plus timide devant les médias, Arthur Biyarslanov admet pour sa part que malgré la confiance qui règne au sein du trio, la pression des compétitions olympiques est exponentielle comparée à des combats du circuit mondial. « Il y aura tellement plus de gens qui regarderont à l’échelle planétaire. Les gens s’attendent à de bons résultats, et moi aussi », résume-t-il.

MONTREAL, QC - JULY 14: Arthur Biyarslanov and Ariane Fortin are nominated to the Canadian Olympic Team at Club de Boxe de l’Est on July 14, 2016 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Minas Panagiotakis/Photography 514-COC)

Arthur Biyarslanov lors d’un entraînement au Club de Boxe de l’Est, le 14 juillet 2016. Photo : Minas Panagiotakis/Photographie 514-COC

Le boxeur d’origine tchétchène est venu de Toronto il y cinq semaines pour s’entrainer aux côtés de sa compatriote à Montréal. Ils ont fait appel à des partenaires d’entrainement venant des États-Unis, de Québec et de Montréal pour parfaire leur technique d’ici leur départ pour Rio. L’homme de 21 ans affirme qu’il n’a cessé de progresser depuis qu’il a été sacré champion des Jeux panaméricains et donnera tout ce qu’il a pour rendre sa nation adoptive fière : « Je veux gagner l’or. La dernière fois que l’exploit a été accompli, ça fait un sacré bail. Je veux continuer à battre des records et réécrir l’histoire du Canada en boxe. »

Un processus de gestion de la pression

Une fois arrivée en sol Brésilien, Ariane Fortin n’a qu’un seul mot d’ordre : l’équilibre. « Tout va se jouer dans l’équilibre entre le moment pour se changer les idées, et le moment pour pousser et donner son meilleur. » Elle a eu la chance de recevoir des conseils de sagesse d’anciens olympiens, notamment Jean-François Bergeron, boxeur aux Jeux olympiques de 1996. « Il m’a dit qu’avoir su « que je me ferais knocker à la première minute, j’aurais pu enlever de la pression de mes épaules, mieux profiter de mes Jeux et peut-être même mieux performer.» Son but est alors de trouver un juste milieu afin d’interpréter Rio comme toute autre compétition auxquelles elle a déjà participé, tout en élevant sa boxe d’un cran.

Ariane et Arthur retrouveront Mandy Bujold, la troisième Canadienne à participer aux épreuves olympiques de boxe, à Rio pour les dernières séances d’entrainement avant le rendez-vous de l’année. Les épreuves olympiques de boxe se dérouleront du 6 au 21 août prochains au Centre olympique de boxe du Rioccentro.