Derrière le succès des athlètes se camouflent souvent des sources d’inspiration et de motivation inépuisables. Pour Melissa Bishop, son entraîneur Dennis Fairall remplit pleinement ce rôle et Rio sera vraisemblablement le point culminant de leur collaboration.

Reconnu comme l’un des plus grands entraîneurs canadiens, Fairall épaule et conseille la détentrice du record canadien sur la distance de 800 mètres depuis neuf ans. Aujourd’hui considérée comme une sérieuse prétendante au podium, Bishop se prépare pour les Jeux de Rio avec une source de motivation bien précise en tête.

C’est que celui qu’elle surnomme affectueusement Big Dawg combat une maladie dégénérative incurable, la paralysie supranucléaire progressive plus précisément. Cette maladie neurologique rare cause des dommages aux cellules cérébrales engendrant une perte de motricité grave. Sous sa tutelle depuis plus de neuf ans, Bishop n’a cessé de progresser sur la scène internationale et après une 30e position aux Jeux de Londres en 2012, elle siège aujourd’hui parmi l’élite mondiale. D’ailleurs, l’athlète originaire de l’Ontario ne tarit pas d’éloges pour son entraîneur en qui elle a une confiance aveugle.

À lire : Melissa Bishop améliore le record canadien du 800 mètres
À lire : Athlétisme Canada choisit 65 athlètes pour Rio 2016

En entrevue après la performance qui a confirmé sa place pour Rio, Bishop soutient que c’est en grande partie grâce à Dennis si elle peut se permettre d’aspirer aux grands honneurs. « Il a toujours été avec moi, tant dans les moments forts que dans les instants les plus difficiles. Cette performance lui est entièrement dédiée, a confié Bishop, visiblement émue. C’est un stratège exceptionnel. Je me rappelle une fois où je n’ai pas écouté ses conseils et la course s’est déroulée exactement comme il l’avait prédit. Depuis j’écoute toujours les conseils de Dennis ».

La collaboration entre les deux passionnés a atteint un nouveau sommet lorsque Bishop a décroché l’argent aux Championnats mondiaux de l’IAAF à Beijing en 2015. Cet été, Big Dawg accompagnera sa protégée au Brésil dans ce qui pourrait être l’un des moments les plus marquants du patrimoine olympique canadien.