Destination Rio est une série d’articles sur les espoirs olympiques d’Équipe Canada pour Rio 2016. 

Catharine Pendrel pédale fort en vue des Jeux de Rio et rien ne semble obstruer son parcours vers la gloire olympique. Elle doit pourtant surveiller ses arrières, car sa compatriote Emily Batty pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues.

Catharine Pendrel | Vélo de montagne

Catharine Pendrel | Vélo de montagne

Après avoir dégringolé les pentes de Beijing à une marche près du podium en 2008, Pendrel devenait favorite pour les Jeux de Londres en 2012, alors qu’elle obtenait le meilleur résultat de la descente d’essai à Hadleigh Farm. Elle a finalement dû se contenter du neuvième rang à sa deuxième course olympique.

« Les Jeux olympiques, ce n’est qu’une autre course de vélo, mais avec plus d’attention et de pression, a résumé la cycliste lors de son entretient avec Olympique.ca. Ce que j’ai pu apprendre de mes premiers Jeux en tant que négligée était formidable. C’était une expérience formatrice, où j’ai pu faire de mon mieux. Aller à Londres en étant favorite pour une médaille, c’est bien plus difficile, car la pression venait surtout de moi-même. »

Catharine Pendrel lors des Jeux olympiques de Londres, le 11 août 2012. THE CANADIAN PRESS/HO, COC - Mike Ridewood

Catharine Pendrel lors des Jeux olympiques de Londres, le 11 août 2012. THE CANADIAN PRESS/HO, COC – Mike Ridewood

À l’aube de sa troisième participation aux Jeux olympiques, l’athlète a une attitude très confiante : « Il s’agit de trouver le parfait équilibre entre la concentration dans le but d’offrir la meilleure performance possible et de savoir que je suis capable d’obtenir une médaille. »

Non seulement peut-on rêver aux grands honneurs avec Catharine Pendrel en lice, mais à quelques coups de pédale derrière, on sent la présence de la jeune sensation Emily Batty. Cette rivale canadienne s’est emparée de l’or aux derniers Jeux panaméricains en devançant Pendrel de sept maigres secondes dans l’épreuve de cross-country.

Chacune des deux compétitrices pousse l’autre à se dépasser et cette rivalité sera d’autant plus excitante pour gagner l’accès aux marches du podium pour l’épreuve qui se déroulera au circuit du Parc olympique de Rio. Le duo dynamique promet ainsi une épreuve haute en couleur sous une « humidité et une chaleur extrême, qui offrira un défi physique de taille, à travers une piste composée de deux montées majeures », décrit Pendrel.

Les cyclistes olympiques auront les jambes flamboyantes lors de l’épreuve prévue le 19 et 20 août, où elles auront l’occasion de rendre fière la médaillée olympique Marie-Hélène Prémont, qui est un noyau dans leur source de motivation.

Le bilan canadien de mi-saison

Malgré de multiples blessures à la clavicule et sa fracture au pouce deux semaines avant le début de la saison 2016 de cross-country, Pendrel course présentement sur une pente ascendante. En trois épreuves cette saison, elle s’est hissée au sixième rang du classement général de l’Union cycliste internationale (UCI). Elle a terminé quatrième dans la course d’ouverture de la saison, le 24 avril à Cairns, en Australie. Lors des épreuves deux (Albstrat, Allemagne) et trois (La Bresse, France), elle s’est hissée sur la troisième et la deuxième marche du podium.

À LIRE : Catharine Pendrel en bronze à la Coupe du monde d’Albstadt
À LIRE : Pendrel et Batty atteignent le podium en France

Emily Batty ne laisse pas non plus la vie facile aux projecteurs, elle qui pédale au 10e rang du classement général après s’être faufilée au septième, 12e et troisième rang des trois premières épreuves. Tous les espoirs sont permis dans le cyclisme canadien aux Jeux olympiques de Rio.