Milos Raonic a dû s’avouer vaincu devant un adversaire plus coriace que lui aux Internationaux de France, dimanche.

Le parcours de la 9e raquette mondiale à Paris s’est arrêté au 4e tour en vertu d’un revers de 6-2, 6-4 et 6-4 après un peu plus de deux heures et 20 minutes de jeu.

Milos Raonic n'était pas à la hauteur de l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas en huitièmes de finale du tournoi de Roland-Garros, le 29 mai 2016. (AP Photo/Christophe Ena)

Milos Raonic n’était pas à la hauteur de l’Espagnol Albert Ramos-Vinolas en huitièmes de finale du tournoi de Roland-Garros, le 29 mai 2016. (AP Photo/Christophe Ena)

Habituellement reconnu comme étant son arme de prédilection, Raonic a connu des ratés au service tout au long de la rencontre. Il a offert pas moins de 14 balles de bris à son opposant et s’est fait briser 5 fois au passage. Milos a été grandement incommodé par sa blessure à la hanche gauche, la même qui l’avait passablement ralentit lors de son match de 3e tour.

Suivi du parcours des Canadiens à Roland-Garros

Raonic plie donc bagage et passera au gazon pour se préparer en vue du Grand Chelem de Wimbledon sous la tutelle de Riccardo Piatti, Carlos Moya et John McEnroe qui vient tout juste de se joindre à l’équipe Raonic.

John McEnroe, à droite, regarde le match de huitièmes de finale de Milos Raonic, à Roland-Garros le 29 mai 2016. (AP Photo/Christophe Ena)

John McEnroe, à droite, regarde le match de huitièmes de finale de Milos Raonic, à Roland-Garros le 29 mai 2016. (AP Photo/Christophe Ena)

McEnroe – ancien numéro un mondial et vainqueur de sept tournois du Grand Chelem – et Raonic ont des styles de jeu très différents. Raonic est très structuré et physique alors que McEnroe est plus nuancé. La légende du tennis sera un atout profitable pour développer le toucher de balle du Canadien et ses attaques au filet.

Le grand Canadien n’aura été qu’à une victoire d’égaler son meilleur parcours au Grand Chelem de Roland-Garros alors qu’il avait atteint les quarts de finale en 2014.