Les kayakistes Mark de Jonge et Émilie Fournel ont confirmé leurs présences aux Jeux olympiques de Rio lors des premiers essais olympiques canadiens tenus à Gainesville, en Georgie.

Puisqu’il est le champion du monde en titre au K1 200 m, Mark de Jonge n’avait qu’à remporter une épreuve à la sélection olympique nationale pour obtenir son billet pour Rio 2016. Chose dite, chose faite pour l’athlète qu’on peut retrouver dans la campagne Sang-froid d’Équipe Canada pour Rio. Dans une course assez serrée, il a pu devancer son plus proche rival, Alex Scott, et passer le fil d’arrivée 0,84 seconde avant lui.

Mark de Jonge, en rouge, lors des essais olympiques de Canoë-Kayak Canada (Photo : Bernard Irvin )

Mark de Jonge, en rouge, lors des essais olympiques de Canoë-Kayak Canada (Photo : Bernard Irvin )

« Tout se déroule selon le plan. C’est encourageant d’avoir une bonne course aussi tôt dans ma saison et de savoir que tout commence bien, a dit de Jonge dans un communiqué de Canoë-Kayak Canada. J’ai quelques courses au programme pour raffiner les choses et j’ai de grands objectifs pour Rio. »

C’est Émilie Fournel qui fut la première athlète de Canoë-Kayak Canada à mettre la main sur un billet pour Rio. Seule une pagayeuse pouvait obtenir sa qualification olympique à l’épreuve féminine du K1 500 m et, pour se faire, elle devait absolument réaliser un deux de trois. En remportant la deuxième finale, Émilie Fournel a forcé un duel entre elle et la gagnante de la première finale, Michelle Russell, pour déterminer qui des deux kayakistes allait s’envoler pour Rio. C’est finalement la Québécoise et championne des Jeux panaméricains Emilie Fournel qui l’a emporté par plus de 2 secondes sur sa coéquipière du k4.

Émilie Fournel devance Michelle Russell dans la course décisive aux essais olympiques de Canoë-kayak Canada, le 6 mai 2016. (Photo : Canoë-kayak Canada)

Émilie Fournel devance Michelle Russell dans une course des essais olympiques de Canoë-kayak Canada, le 6 mai 2016. (Photo : Bernard Irvin pour Canoë-kayak Canada)

« J’y allais une course à la fois et j’essayais simplement de bien pagayer, a dit Émilie dans un communiqué de Canoë-Kayak Canada. Je sens vraiment que j’ai fait beaucoup de chemin après ne pas m’être qualifiée au K4 l’an dernier. Cette année, j’ai vraiment dû tout transformer et trouver une nouvelle force et une nouvelle motivation. Quand j’ai franchi la ligne, j’étais simplement fière de moi d’avoir pu faire tourner les choses. »

La native de Montréal s’est ensuite qualifiée pour représenter le pays à l’épreuve du k1 200 m à la qualification continentale qui se tiendra au même endroit les 19 et 20 mai prochains. Une victoire à cette compétition permettra à Émilie de prendre part à une deuxième épreuve aux Jeux olympiques de Rio.

Les seconds essais olympiques de Canoë-kayak Canada se dérouleront du 24 au 26 juin prochains à Montréal (Québec).