SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

El Mais se réjouit de sa victoire en boxe pour le Canada à Glasgow

El Mais se réjouit de sa victoire en boxe pour le Canada à Glasgow
boxing_canada_logo

Par Raquel Ruiz
Contributeur invité

De la parole au geste, il y a un grand pas, et plusieurs facteurs peuvent se transformer en obstacles dans l’intervalle. Samir El Mais, médaillé d’or des Jeux du Commonwealth chez les 91 kg, a non seulement planifié sa médaille d’or à Glasgow, il l’a décrochée.

Lors du grand soir, Samir El Mais est entré dans le ring confiant en ses qualités de boxeur et en sa préparation de plusieurs mois. Pendant les rounds, il a suivi le plan de ses entraîneurs à la lettre : il a été rapide, il a offert des départs éclair et il s’est tenu hors de la portée du Néo-zélandais David Light.

El Mais a célébré la victoire par décision partagée comme il en a l’habitude, en rugissant, en pointant les index au ciel et en esquissant quelques pas de danse. Ses entraîneurs Daniel Trépanier et Kevin Howard ont fait écho à sa joie en applaudissant, en criant et en montrant les biceps.

 

El Mais gets the decision as coaches celebrate (via Boxing Canada).

Les entraîneurs d’El Mais célèbrent la décision (photo : Boxe Canada)

 

« Je ne veux pas seulement une médaille, JE VEUX L’OR!! », écrivait El Mais à Boxe Canada lors d’une entrevue sur Facebook avant le début des Jeux.

Le parcours du pugiliste vers la médaille d’or a commencé par une bonne frousse. Il s’en est fallu de peu pour qu’une profonde coupure mette abruptement fin à son rêve lors du premier match, mais l’arbitre Gerardo Poggi a géré la situation d’une main de maître.

« Si j’arrêtais le combat, le pugiliste perdait par K.-O. technique, mais si le docteur signale la fin du combat, ce sont les points qui comptent, peu importe le nombre de rounds disputés », a expliqué Poggi qui a été décoré meilleur arbitre de la série mondiale de boxe en 2013 par l’AIBA, l’association internationale de boxe.

 

El Mais jabs Light in the gold medal match (via Boxing Canada).

El Mais sert un jab à Light en finale (Boxe Canada).

En quart de finale, El Mais a récolté une mauvaise coupure sous le sourcil droit, une gracieuseté de l’Anglais Warren Bastier. Il a finalement défait Bastier par décision partagée grâce à ses jabs à longue portée qui ont fait chanceler l’Anglais pendant les 30 dernières secondes du combat.

En demi-finale, El Mais n’a fait qu’une bouchée du Nigérian Efetobor Apochi en l’emportant par décision unanime toujours grâce à son jab. Il a enchaîné les combinaisons de trois et de quatre coups de poing à la tête et au corps de son adversaire en se déplaçant de gauche à droite pour le déstabiliser. El Mais a pris le contrôle du combat dès le son de la cloche.

« Ma concentration et mon expérience me permettront de décrocher la médaille d’or », confiait El Mais après le combat.

Boxer sans casque, comme c’est la coutume aux Jeux du Commonwealth, augmente les risques de coupures, et les entraîneurs canadiens Trépanier et Howard n’ont pas manqué d’en aviser l’équipe canadienne avant de se rendre à Glasgow.

 

Les entraîneurs canadiens ont préparé El Mais et le reste de l’équipe à se battre sans casque, comme c’est le cas en boxe olympique (Boxe Canada).

« Ils nous ont bien préparés, et quand c’est arrivé, ils m’ont dit de garder mon calme et de ne pas y penser », raconte El Mais, 34 ans, qui habite au Canada depuis l’âge de 10 ans lorsqu’il a émigré d’Abu Dhabi avec ses parents.

El Mais a connu une très bonne année 2013 : il a remporté la médaille d’or de deux tournois internationaux, a atteint le 17e rang du classement mondial de l’AIBA et a décroché une médaille de bronze aux Championnats continentaux. Mais les récompenses ne sont pas suffisantes pour le pugiliste qui en veut toujours plus. C’est pourquoi il s’est aussi entraîné avec acharnement en 2014.

« Lorsque je n’ai pas réussi à me qualifier pour les Jeux olympiques, j’ai su que j’étais un boxeur olympique et que j’avais besoin de faire mes preuves », a dit El Mais deux jours après avoir mis la main sur son prix.

« Remporter l’or pour mon pays, le Canada, ça vaut tout l’argent du monde. »

« C’est un sentiment incroyable. La nourriture goûte meilleure et j’aime la vie encore davantage », disait l’athlète de Windsor, en Ontario, qui avait enfin la chance de relaxer à la maison.

Article de Raquel Ruiz, collaboratrice de Boxe Canada.

boxing_canada_logo

Par Raquel Ruiz
Contributeur invité

Identification Olympique

Sondage

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.