SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Greg Rafter pousse pour un avenir prospère pour le skeleton canadien

Greg Rafter pousse pour un avenir prospère pour le skeleton canadien
NADOLNY_Mark_COC_cropped

By Mark Nadolny
Coordinateur des médias numériques et sociaux

Le voile se lève sur le parcours de la prochaine génération de héros olympique du Canada

C’est tête première que Greg Rafter a abordé le skeleton.

L’athlète de 24 ans originaire de Calgary possède la vidéo de sa toute première descente où il est « rentré dans les murs du début à la fin. »

En arrivant au pied de la piste, sa première pensée a été de se demander comment on fait pour aller plus vite ».

Il dispute présentement sa plus grosse saison depuis le début de sa carrière. Rafter est passé des Coupes nord-américaines et d’Europe à la Coupe intercontinentale où il a commencé à faire équipe avec Jon Montgomery.

Faites un don dès maintenant pour aider notre prochaine génération d’athlètes comme Greg à réaliser son rêve olympique

« J’ai eu la chance de glisser avec lui et Mellisa Hollingsworth. Ce sont deux géants du sport et deux personnes que j’admire », dit-il.

L’expérience a pavé la voie à la prochaine étape de sa carrière.

« Une fois qu’on a le pied dans la porte, on veut continuer à pousser jusqu’à obtenir une des places sur le circuit de la Coupe du monde. Je veux retourner dans l’équipe nationale l’an prochain et continuer à bien performer », ajoute Rafter.

Son but est de représenter le Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang en Corée du Sud.

Mais la vie d’athlète amateur comporte son lot de difficultés.

071

FINANCER L’AVENIR

« Je crois que tous les athlètes amateurs du Canada s’entendraient pour dire que les finances sont l’un des aspects les plus difficiles », confie-t-il.

« Je dépense des dizaines de milliers de dollars uniquement en frais de compétition. Je travaille tout l’été dans l’espoir de passer à travers l’hiver », explique Rafter qui travaille aussi pour le service des parcs de la ville de Calgary depuis sept saisons, en plus d’être entraîneur en musculation pour des équipes de hockey.

« Je dois toujours me demander si j’ai les moyens de participer à telle ou telle course. »

L’équipe olympique canadienne de skeleton lui a offert une place pour participer à la dernière Coupe du monde de la saison.

« J’ai été obligé de refuser parce que je n’avais pas les moyens de me payer le billet d’avion », regrette-t-il.

« Tous les membres du programme font face au même défi. Depuis que je fais du skeleton, le financement est sans cesse un facteur important qui peut même affecter notre capacité à pratiquer un sport. »

Dans un pays où le hockey fait figure de religion, les sports de moindre envergure ont de la difficulté à faire leur place sous les projecteurs.

« Nous avons des installations qui valent plusieurs millions de dollars dans notre cour, ici à Calgary, mais si je dis à un passant que je fais du skeleton, 80 pour cent du temps, on va me demander ce que c’est », raconte-t-il.

999060_644585992248626_361036293_n

TROUVER LA ZONE

Rafter définit le skeleton comme « un mélange de vitesse explosive et de puissance combiné à une attitude zen et détendue. »

« C’est décevant parce que quand je regarde autour de moi, je vois certains des meilleurs athlètes au monde. Nous sommes des leveurs de poids et des sprinteurs à temps plein. Il y a un talent immense en skeleton que les gens ne comprennent pas nécessairement. »

On croit à tort que la vitesse est la principale attraction. C’est en fait la gravité.

« Aller à 140 km/h est super, mais c’est quand on fonce tête première dans un virage, c’est là que toute l’intensité du sport prend son sens », dit-il.

Rafter croit que pour changer l’image du skeleton, on doit d’abord et avant tout le faire connaître au public friand de sports.

Faites un don dès maintenant pour aider notre prochaine génération d’athlètes comme Greg à réaliser son rêve olympique

« Je crois qu’il faut inciter les gens à sortir et à développer une passion pour le sport pour qu’ils s’y intéressent et comprennent ce qui se passe quand ils en regardent à la télévision ou sur YouTube. Comme ça, ils ne verront pas seulement quelqu’un qui glisse sur une piste glacée », dit Rafter.

« Quand on comprend la technique et les finesses d’une discipline, c’est un nouveau monde qui s’ouvre à nous. »

NADOLNY_Mark_COC_cropped

By Mark Nadolny
Coordinateur des médias numériques et sociaux

Le maître numérique pour l’équipe olympique canadienne

Identification Olympique

Sondage

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 27 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.